AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Apprendre à se confier ( James)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
─ Dollars : 173
─ Messages : 22
─ Je suis sur FD depuis le : 11/11/2018
─ Quartier : North Side
─ Emploi : Psychologue
Apprendre à se confier ( James) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Apprendre à se confier ( James)   Apprendre à se confier ( James) - Page 2 EmptyJeu 13 Déc - 10:57

Apprendre à se confier ft James E. O'Connell


Je ne sais pas pourquoi mais cet homme m'intriguait de plus en plus et j'avais envie d'apprendre à le connaitre et surtout l'aider car il en avait réellement besoin. Je venais encore plus de le voir lorsqu'il avait fait cette crise de panique dans mon propre bureau. J'allais vraiment devoir creuser encore plus loin pour comprendre d'où venaient ses crises car là je n'avais pas employé un seul sujet qui aurait pu faire surgir cette crise. Il allait sortir et d'un coup il avait fait cette crise. J'avais tout fait pour l'aider mais il avait fini par revenir à lui-même au bout de quelques minutes et surtout très fatigué. En tout cas il avait fini par prendre une bonne décision en décidant de rester ici pour le moment le temps de reprendre des forces. En tout cas j'allais tout faire pour le convaincre de revenir me voir en rendez-vous et surtout que j'étais la seule qui pourrait le libérer de ses crises. En tout cas il y avait une chose qui avait changé, il me souriait naturellement même s'il continuait de faire un peu d'humour.

-J'aime bien les nounours géants.

Et cela me changeait des personnes qui étaient beaucoup plus brutes avec moi, surtout quand ils se retrouvaient dans une situation de faiblesse. Chacun avait une manière différente de réagir, encore plus lors d'une crise. Surtout les hommes, eux ils n'aimaient pas se montrer faibles encore moins face à une face, mais là avec James c'était différent, au moins il ne cherchait plus à fuir c'était une bonne chose. Et pour le mettre en confiance je lui montrais qu'il ne pouvait pas s'habituer à avoir ce genre de crise, surtout pas même. Cela faisait du mal au corps qui devait être épuisé à force. J'avais connu beaucoup de mal-être, entre les maux de tête, courbature un peu partout, la fatigue et tout cela parce que notre corps essayait de combattre contre ses crises et donc était loin d'être détendu comme il le faut. Le stress et la fatigue n'étaient pas bons pour le corps surtout que Liz m'avait précisé qu'il ne sortait jamais de chez lui, donc ça n'arrangeait pas les choses. Le corps avait besoin de voir le soleil, sentir les rayons du soleil, l'air libre et voir autre chose que de rester enfermé chez soi. En tout cas dans mon cas je m'étais surtout renfermé dans mon travers et je sais très bien au fond de moi que ce n'était pas la bonne solution car le mal-être était encore en nous, juste renfermer dans une petite case et un jour ça finirait par ressortir.

-Oh non je vous rassure, ça ne rend pas forcément admirable, j'ai juste appris à dissimuler ce qui n'allait pas. Chacun sa technique, mais pour en revenir, il faut combattre se mal être qui est en vous.

Je n'étais pas le meilleur exemple, mais je n'avais pas eu le choix car si j'avais laissé les crises prendre le dessus sur moi, je n'aurais pas pu aider toutes ces personnes qui en avaient eu besoin. Donc j'avais tout renfermé en moi-même si malheureusement ça avait fait surgir des peurs que je ne pouvais pas cacher comme le bruit d'un coup de feu. En tout cas je faisais attention à lui, cette crise avait surgi sans raison apparente donc je n'avais pas envie qu'il en ait une autre, deux crises à la suite auraient pu être encore plus dangereuses pour le corps.

- Même si vous avez connu pire ce n'est pas une raison.

Je faisais un sourire alors que je me levais pour aller refermer le dossier de James en réfléchissant à comment faire avec lui. Je venais m'asseoir en face de lui en croisant les bras. Je sais qu'il ne me dirait rien si on restait dans un bureau, je devais faire autrement pour enfin qu'il se confie à moi.

-Je sais que vous restez enfermé chez vous, mais avant, vous aimiez quoi comme endroit?

J'avais comme idée de l'emmener avec moi dans un endroit qu'il aimait pour reprendre confiance en lui. Il avait le droit de sortir aussi sans mettre en danger les personnes autour de lui ou encore lui-même. Et peut-être qu'il arriverait à se confier un peu .

©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
─ Dollars : 585
─ Messages : 115
─ Je suis sur FD depuis le : 23/09/2018
─ Emploi : Médecin de formation, officiellement au chômage.
─ Études : Médecine puis l'Officer Development School
Apprendre à se confier ( James) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Apprendre à se confier ( James)   Apprendre à se confier ( James) - Page 2 EmptySam 22 Déc - 8:58

 Apprendre à se confier 
Malia ✧ James


Je n'avais jamais vraiment été doué avec les gens en fait. Mon humour lourdingue avait toujours été un masque, une façade qui me permettait de rester à l'abri de tout le reste. Ce n'était pas pour rien que j'étais un éternel célibataire, ce n'était pas non plus innocent si j'avais choisi un travail qui me faisait bouger en permanence et qui ne m'offrait aucune attache. Je n'étais pas capable de m'attacher, je n'en avais pas le courage et ce n'était clairement pas aujourd'hui que ça allait changer. Alors certes, ça ne m'empêche pas de me confier à cette jeune femme fort séduisante et sympathique de qui c'est le travail mais... Parler de moi reviendrai à monter mes failles et ça c'est quelque chose que je ne me suis jamais permis. En tant que grand frère, j'avais toujours dû garder la tête haute, montrer l'exemple, ne pas laisser jaillir mes sentiments pour ne pas leur sembler faible. Il fallait qu'ils puissent me faire confiance, qu'ils puissent compter sur moi à tout moment, que je sois leur modèle, fiable et toujours présent. J'avais gardé le réflexe, c'était devenu ma façon d'être. Pourquoi changer ça en sachant que ça ne m'apporterait rien de plus et que ça risquait fort de traumatiser ma nouvelle psy ? Non, mieux valait garder les bonnes vieilles habitudes, c'était mieux pour tout le monde. 

    « J'espère que vous n'avez rien contre les nounours géants grincheux dans ce cas... Sinon je peux partir, je me sens mieux. »
 
Répondis-je sans changer de ton, un sourire maladroit toujours aux lèvres. Je fus néanmoins plus sérieux pour lui dire que sa confidence la rendait plus admirable encore. Je ne voulais pas lui en demander davantage mais je me doutais bien de la gravité de la chose. Ce genre de trouble n'arrive pas à cause d'un pot de confiture mal fermé qui s'écrase au sol par notre faute. Et pourtant elle était là, impliquée et inquiète pour des inconnus. Dire que je me complaisais dans ma solitude, isolé et insupportable. Une loque égoïste, voilà bien tout ce que j'avais toujours rêvé de devenir ! En attendant, la jeune femme refusait mon admiration, prétextant que son implication n'était qu'une façade, sa façon à elle de se protéger et d'oublier. 

    « C'est toujours plus admirable que de rester enfermé chez soi à envoyer balader tous les gens qui tentent de vous remonter le moral. Non, vraiment, ne vous sous-estimez pas.

Dis-je, toujours sérieux, plongeant mon regard dans le sien. Je voulais qu'elle se rende compte de mon honnêteté. Je ne pouvais qu'admirer les gens qui avait le courage de continuer à vivre malgré tout alors que je m'enterrais lamentablement dans ma médiocrité. J'avais volontairement feinté son autre remarque en revanche... J'avais assez combattu dans ma vie, même si ça n'avait jamais été dans un tel combat. Non, je ne voulais plus me battre, je voulais rendre les armes une bonne fois pour toute, qu'on me laisse tranquille. En fait, j'avais peut être simplement besoin de temps, d'isolement... Peut-être qu'il était temps que j'achète ma cabane perdu au fin fond de la forêt, celle dont je rêve depuis l'enfance... Je vais devenir un homme-ours, c'est bien ça aussi. Loin de tous, tranquille, là au moins je ne ferai de mal à personne. La voix de la jeune femme me sortit à nouveau de mes pensées. Inutile de lui parler de ce projet, elle sera forcément contre ! Tout comme ma famille ou même Liz. Qu'est-ce que c'est pénible d'avoir des gens qui nous aime ! Je me contentais de hausser les épaules, peu convaincu par ses dires et ne sachant quoi répondre. Que ce soit une raison ou non, j'avais pris l'habitude de vivre comme ça, je faisais avec. Que pouvais-je faire de plus de toute façon ? 

Son autre question me rendit sceptique néanmoins... Je n'avais plus vraiment pensé à tout ça depuis mon retour. J'y avais pas mal pensé lors de mes missions, dans tous ces moments où on préférerait être ailleurs, mais maintenant, tout cela ne semblait plus avoir d'importance. Je pris un air songeur, soudain pleinement absorbé dans mes pensées. Quels endroits me faisaient vraiment plaisir jadis ? Il y en avait tant... La maison bien sûr, avec ma famille, les balades à cheval sur la plage, les airs aussi... Comment choisir ? Aurais-je la force de tout lui dire ? Après quelques secondes, je reviens sur terre, la regardant à nouveau, sérieux mais pas triste. Ça risquait d'être flou et maladroit, il y a tellement longtemps que je n'avais pas vraiment parlé à quelqu'un... Enfin, parler d'autre chose que... 

    « La liste est longue... J'étais un vadrouilleur, heureux partout où on voulait bien de moi. Je passais beaucoup de temps dans le ciel néanmoins... Ou avec les chevaux. Les balades sur la plage avaient toujours un effet positif sur moi, surtout en charmante compagnie. Je pouvais passer des heures à cheval au bord de l'eau, avec le bruit des vagues en fond. »

Un autre sourire s'était installé sur mon visage. Légèrement nostalgique, presque absent en fait, rêveur lui aussi. J'étais retourné au club équestre depuis mon retour, brièvement. Mon ami m'avait proposé de travailler pour lui mais je n'avais pas encore accepté. Je n'étais pas sûr de lui être d'une grande aide en vue de mon état... Mais j'avais envie de travailler avec les chevaux, de l'aider à les dresser, de m'occuper d'eux. Les animaux avaient toujours été une source et bonheur pour moi. J'aimais passer du temps avec eux, même pour jouer. J'avais même pris une option véto à la fac et j'avais adoré. Peut-être pourrais-je me reconvertir un jour ? Je ne peux plus travailler avec l'humain, c'est trop dur et trop risqué. Mais les animaux... À voir. Mais là n'était pas la question, chaque chose en son temps. 


©️ nightgaunt


Spoiler:
 

_________________
Lonely Soul

There are wounds that never show on the body that are deeper and more hurtful than anything that bleeds.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://forgottendelights.forumactif.com/t1108-james-eochaidh-o-c
 

Apprendre à se confier ( James)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forgotten delights. :: CHICAGO, ILLINOIS :: DOWNTOWN-
Sauter vers: