AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you can trust me (yloé&moxley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
─ Dollars : 746
─ Messages : 416
─ Je suis sur FD depuis le : 04/03/2018
─ Quartier : West Side. Un appartement sous les toits. C'est pas ce qu'il y a de mieux, mais au moins j'ai un endroit où dormir.
─ Emploi : Barmaid. De jour comme de nuit, dans plusieurs bars différents. Je chope les contrats là où je peux.
─ Études : Mon paternel voulait que je sois dans la Navy, mais une Navy camée, ça le faisait pas.
MessageSujet: you can trust me (yloé&moxley)   Lun 11 Juin - 19:39

YOU CAN TRUST ME
yloé, moxley & veronika

La soirée avait été rude et il était tard quand Veronika descendit du tout dernier bus, qui la déposa à quelques rues de chez elle. Il faisait sombre, pas très chaud et elle était complètement épuisée. Elle avait porté secours à un jeune collègue de travail, Yloé, récupérant toutes ses heures en plus de celles qu'elle devait déjà faire. Le jeune homme s'était littéralement écroulé, vidé de ses forces et qui, plus capable de travailler, avait quitté le bar en compagnie de Moxley, lequel l'avait ramené chez elle. Oui, parce qu'elle avait fait confiance à un total inconnu pour passer la nuit avec elle, dans son appartement. Elle sourit en se disant que de toutes façons, elle faisait souvent confiance aux inconnus, même si elle ne les amenait pas chez elle... Elle avait reçu un message de Moxley, lui disant qu'ils étaient bien arrivés et qu'il restait avec lui, afin de veiller sur lui. Il connaissait le jeune homme par le lycée : il l'aidait avec ses devoirs, quand il n'y arrivait plus. Moxley avait beau être un gars des bas quartiers, c'était quelqu'un d'intelligent et de cultivé, qu'elle était heureuse de compter parmi ses proches. Tandis qu'elle marchait pour rejoindre la dernière rue, qui la mènerait chez elle, elle fut abordée dans la rue. Sur le coup, elle n'y prit pas garde : à Chicago, si on fait attention à tout ce qui se dit sur les femmes lorsqu'elles sortent seule, on ne sort plus de chez soi. Quand la voix se fit plus insistante et surtout, lorsqu'elle entendit son prénom, elle se retourna. Le visage qui l'appelait ne lui dit rien, c'était un homme, probablement du même âge qu'elle, plutôt à son goût d'ailleurs... ah, oui ! Ca y est. Ils avaient passé deux ou trois nuits ensemble, quelques mois en arrière. Elle s'arrêta et l'attendit. Il se saluèrent et échangèrent quelques mots.

« Tu vis dans le coin ? »
« T'es observateur... »
« T'as l'air crevée, ça va ? »
« Grosse journée, enfin grosse soirée au travail. J'ai qu'une envie, c'est aller dormir. »
« Oh, ok. Je t'ennuie pas plus alors. T'as toujours mon numéro ? Ca te dit de boire un verre, un de ces quatre ? »
« Ouai, pourquoi pas. Redonne-moi ton numéro par contre, je suis pas sûre de l'avoir conservé. »
« Toujours en vadrouille, hein ? » 
« Toujours. »

Ils échangèrent rapidement leurs coordonnées et se séparèrent. L'un des inconvénients d'être volage comme ça. Elle finissait toujours par en recroiser certains, même les soirs où elle n'avait pas la tête à ça. Au moins, celui-ci ne faisait pas partie des insistants. Elle avait déjà du en remettre d'autres en place, pas forcément tendrement. Enfin, après de longues minutes de marche, qui lui parurent être des heures à cause de la fatigue, elle aperçu son immeuble. Poussant la porte d'entrée, elle soupira en réalisant qu'il allait falloir qu'elle monte les cinq étages. Arrivée devant chez elle, elle sourit lorsqu'elle entendit la télévision. Enfin un environnement qui allait être reposant. Dieu merci, elle ne travaillait pas demain ! Avant de rentrer, elle sortit son téléphone et tapota sur l'écran.

Je suis rentrée. Merci d'avoir accepté que le gamin s'en aille, t'es un type bien derrière tes airs bourrus.

Oui, c'était bien à son patron qu'elle avait écrit. Celui qui passait son temps à crier sur ses employés, parce qu'il ne savait pas agir autrement, qui faisait mine de n'en avoir rien à foutre, mais qui en fait, permettait vraiment à certains jeunes de sortir de la merde financière. Veronika était une remplaçante régulière au bar. Elle était appréciée pour son travail, mais aussi pour son caractère, qui permettait de remettre à sa place certains clients trop pénibles. La réponse ne se fit quasiment pas attendre.

Ouai, ouai. Bonne nuit.

Elle secoua la tête : pour rien au monde il n'aurait avoué qu'il avait bon fond. Finalement, elle fit tourner la poignée de sa porte et entra dans l'appartement. Seule la lumière de sa lampe près du canapé du salon éclairait la pièce. Moxley, qui l'avait entendue arriver, s'était déjà levé et vint la serrer dans ses bras.


_________________
Your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself : where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t297-veronika-faure-in-t
─ Dollars : 246
─ Messages : 66
─ Je suis sur FD depuis le : 12/04/2018
─ Quartier : South Side. Evitez de me rendre une visite à l'improviste, z'êtes pas sûr d'arriver jusqu'à chez moi vivant.
─ Emploi : Surveillant à l'école publique. Je vis pour ces gosses un peu paumés.
─ Études : Ancien de la USNA, j'ai été viré et j'ai fais virer Vero au passage.
MessageSujet: Re: you can trust me (yloé&moxley)   Lun 11 Juin - 19:51

YOU CAN TRUST ME
yloé, moxley & veronika

Environ deux heures en arrière, Veronika avait téléphone à Moxley pour qu'il vienne chercher un gamin qu'il connaissait bien. Son amie, semblant vraiment inquiète, lui avait rapidement expliqué que le jeune homme se sentait mal et qu'il avait besoin d'aide pour rentrer, mais ne savait pas où allait. Dans sa générosité, que Moxley connaissait bien maintenant, elle avait proposé de l'héberger chez elle et Yloé avait dit oui. Le catcheur était heureux que ce soit Veronika qui prenne le gosse sous son aile : non seulement, il le savait en sécurité avec elle mais en plus, ça lui donnerait une nouvelle responsabilité dont elle avait besoin. Il savait que comme lui, elle aimait s'occuper des plus jeunes pour les aider à sortir de la merde, ou du moins à ne pas s'y enfoncer plus, quand c'était possible. Avec les derniers événements dans sa vie, il s’inquiétait un peu pour elle. Elle semblait entretenir, plus ou moins volontairement apparemment, dans le sens où elle n'arrivait pas à s'en empêcher, une étrange relation pas saine du tout. C'était une grande fille, certes, mais c'était aussi une de ses amies les plus proches et elle avait tant souffert il y avait quelques années de ça qu'il ne voulait pas que ça recommence. Alors il était heureux qu'elle trouve une certaine stabilité auprès des jeunes. Yloé n'en avait pas conscience, mais il allait participer à cette stabilité.

Il était arrivé quelques minutes après le coup de téléphone et avait récupéré Yloé dans un état de fatigue extrême. Il avait rapidement croisé Veronika, qui se démenait pour assurer le service de deux personnes à la fois et il avait prit les lignes en transport en commun les plus rapides. Il les connaissait par cœur, pour les emprunter sans arrêt, quand c'était trop loin pour qu'il prenne son fidèle vélo. Ils étaient rentrés sans rencontrer d'encombres et Moxley avait servi un repas avec ce qu'il avait trouvé dans le frigo et les placards, puis il s'était installé devant la télévision en attendant son amie. D'ailleurs, il l'entendait monter les escaliers. Soulagé de la savoir enfin là, il posa sa bière sur la table basse et se leva. Quand elle rentra, il la serra dans ses bras.

« Le retour de la guerrière ! »


_________________
I may not be the strongest guy in the world, or the biggest guy in the world. I don't have these gifts. But I will take more punishment, and I'm willing to withstand more abuse. People can see through crap pretty easily. Just go out there and be comfortable. Be you. Be authentic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t465-moxley-reed-darling
─ Dollars : 529
─ Messages : 194
─ Je suis sur FD depuis le : 14/03/2018
─ Quartier : South Side
─ Emploi : Serveur dans un bar pas vraiment regardant sur l'âge de leurs employés
─ Études : Lycéen, en dernière année
MessageSujet: Re: you can trust me (yloé&moxley)   Mer 20 Juin - 16:52

YOU CAN TRUST ME
yloé, moxley & veronika


Avec le recul, tu aurais aimé pouvoir dire que cette soirée avait pris une tournure inattendue, que les événements avaient été une totale surprise à tes yeux mais ce n'était pas le cas, cette soirée avait simplement représenté l'apothéose, le point culminant de semaines, de mois de surmenage, de mises en garde, alertes que tu avais refusé d'écouter, sourd aux conseils de tes amis, de tes collègues, des médecins qui te demandaient de ralentir le rythme, d'arrêter d'en faire autant, aveugle à leurs inquiétudes, ignorant jusqu'aux signaux que t'envoyait ton propre corps, la fatigue, les douleurs, les malaises à répétition, te convaincant que tu pouvais le faire, que tu pouvais tenir encore un peu, persuadé que tu étais capable de supporter les quelques petits mois qui te séparaient de ta liberté...Tu te voyais encore dire à Lilas quelques jours auparavant que six mois, après tout, ce n'était rien à l'échelle d'une vie et en soi peut-être que tu avais raison, c'était vrai que six mois ce n'était rien pour une vie humaine, une goutte d'eau dans l'océan, un grain de sable dans le désert mais pour toi six mois c'était déjà trop, bien trop, tu l'avais compris ce soir là quand ton corps avait fini par abandonner, quand les mots s'étaient mis à danser devant tes yeux alors que tu essayais vainement de prendre une commande, quand les lumières étaient devenues aveuglantes, les sons comme étouffés, quand tu avais été obligé de t'enfuir dans les vestiaires, t'écroulant contre les casiers, les mains tremblantes, la respiration saccadée, incapable de relever, six mois ce n'était rien mais c'était déjà trop pour toi, tu ne tiendrais pas, c'était la certitude qui s'imprimait dans ton esprit lorsque ta collègue était entrée, essayant de te venir en aide alors que les larmes menaçaient de couler le long de tes joues, alors que tu avais l'impression de voir tout ton monde s'effondrer, s'écrouler autour de toi.
Ce n'était pas la douleur qui te mettait dans un tel état, c'était ce constat, réaliser que tu avais besoin de ralentir le rythme, réaliser que tu allais devoir le voir plus souvent, réaliser que d'une manière ou d'une autre tu ne survivrais pas, si tu ne finissais pas par te tuer à force de te surmener, à force de nuits sans sommeil, alors ce serait probablement ses coups qui t’achèveraient, c'était pour ça que tu pleurais, pas parce que tu te sentais mal et faible mais parce que tu te sentais piégé, parce que tu perdais ton refuge, ton repère, à quelques mois seulement de ta liberté, parce que tu n'avais que bien trop conscience de ce qui t'attendait...
C'était ce désespoir qui te saisissait, qui t'oppressait, qui te força à te confier, des mots qui t'avaient échappé, une question, tu lui avais demandé ce qu'elle choisirait entre continuer un service dans un état aussi critique que le tien ou rentrer chez elle en sachant pertinemment que ce qui l'attendait serait bien pire, tu n'avais rien dit de plus, tu ne le disais jamais, seule Lilas était au courant de ce qu'il se passait, ton père aussi évidemment mais ce n'était pas vraiment depuis sa cellule de prison qu'il était en position de te protéger et il avait beau tenter de parler à ta mère, pour une raison qui t'échappait elle refusait de l'écouter, peut être parce qu'elle l'aimait, l'autre, le monstre, celui qu'elle avait fait entrer dans vos vies deux ans en arrière, celui qui avait fait éclater la tienne, détruisant le gamin que tu étais, lui arrachant et lui volant son sourire et ses éclats de rire. Tu n'avais rien dit de plus mais Veronika avait compris, probablement parce qu'elle venait du même milieu que toi, probablement parce que dans ces quartiers là les abus et la violence n'avaient rien d''extraordinaire, probablement parce qu'elle avait déjà vécu ça ou entendu cette histoire, vu ce regard des milliers de fois, elle t'avait proposé de venir chez elle et parce que à cet instant précis le canapé d'une inconnue était plus accueillant que ta propre maison qui n'en portait que le nom, tu avais fini par accepter, tout était mieux que de le retrouver lui, complètement bourré devant un match de foot, entouré de sa bande d'amis, tout était mieux plutôt que de subir encore des heures à te faire frapper en les entendant ricaner, décréter que peut-être que comme ça tu apprendrais ce que c'était, la virilité, des fois tu avais envie de leur dire que s'acharner, se déchaîner sur un enfant revenait bien plus à de la lâcheté mais tu te taisais, c'était toujours mieux de se taire et encaisser.

Tes souvenirs après cette proposition, après que tu aies accepté étaient flous, tu te rappelles avoir suivi Moxley, l'ami de Veronika, le surveillant de ton lycée qui t'aidait avec les sciences, à travers les transports en commun, admirant son aisance toi qui n'était doué que pour te perdre même avec un plan en main, tu te rappelles avoir mangé avec lui, du moins quelques bouchées à peine, puis t'être simplement endormi sans même t'en rendre compte devant la télé,
Ce fut le bruit de la porte qui te réveilla, alors que clignant des yeux tu portas ton regard sur Veronika sans savoir quoi dire, elle t'avait probablement sauvé sans en avoir conscience ce soir là, elle avait probablement des questions, tu lui devais probablement des explications mais tu ne savais absolument pas par où commencer, tu ne savais pas la bonne attitude à adopter, alors tu restas simplement là, installé sur le canapé, enroulé dans une couverture, les cheveux ébouriffés, attendant qu'elle vienne vers toi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
─ Dollars : 746
─ Messages : 416
─ Je suis sur FD depuis le : 04/03/2018
─ Quartier : West Side. Un appartement sous les toits. C'est pas ce qu'il y a de mieux, mais au moins j'ai un endroit où dormir.
─ Emploi : Barmaid. De jour comme de nuit, dans plusieurs bars différents. Je chope les contrats là où je peux.
─ Études : Mon paternel voulait que je sois dans la Navy, mais une Navy camée, ça le faisait pas.
MessageSujet: Re: you can trust me (yloé&moxley)   Ven 22 Juin - 18:24

YOU CAN TRUST ME
yloé, moxley & veronika

Veronika resta quelques secondes dans les bras de Moxley, appréciant l'étreinte tendre qu'il lui proposait. Tous les deux étaient un peu comme des frères de galère. Elle savait qu'il s'en voulait toujours de l'avoir faite expulser de la USNA et surtout, de lui avoir fait goûter à la coke... Mais elle ne cessait de lui répéter qu'elle était consciente de ses actes que si elle avait voulu faire autrement, les choses n'auraient pas tant empiré pour elle. Quand elle recula, elle lui serra les mains un instant en lui murmurant un remerciement, puis elle se décala pour voir Yloé qui l'observait timidement, enroulé dans sa couverture. Elle s'approcha de lui et lui passa une main tendre dans les cheveux.

" Ca va mieux? Le temps de déposer mes affaires, de me mettre plus à l'aise et j'arrive. "

Elle alla pendre son sac au porte manteaux de l'entrée, puis se dirigea vers la salle de bains. Rapidement, elle enleva ses vêtements pour se mettre en tenue de jogging, se rinça le visage pour se démaquiller grossièrement et démêla ses cheveux. Elle se regarda un instant dans le miroir: ses traits tirés trahissaient sa fatigue. Tant pis. Elle ressortit de la pièce, pour voir Moxley qui l'attendait avec une bière fraîche qu'il venait de lui ouvrir.

" Merci, t'es un ange. "

Elle lui fit un clin d'oeil et alla s'installa aux côtés d'Yloé. Elle but quelques longues gorgées de sa boisson, avant de remonter ses jambes de côté sur le canapé pour s'installer plus confortablement. Elle posa sa main sur le front de l'adolescent.

" La fièvre a l'air d'être tombée, c'est bien. Tu as réussi à manger un morceau, à boire quelque chose ? "

Elle agissait comme une maman qui s'inquiétait pour son fils. Veronika avait souvent l'air froide, pas vraiment apte à s'occuper des autres, au vu de la manière parfois catastrophique dont elle s'occupait d'elle-même. Et pourtant. Une partie d'elle ne demandait qu'à exploiter toute la douceur dont elle était capable de faire preuve. Ce soir, c'était vraiment ce qui ressortait. Son côté maternel. Elle dégageait une telle tendresse que Moxley, qui l'observait d'un peu plus loin, assis sur la table pour ne pas briser ce moment, se dit qu'elle méritait tellement plus que ce que la vie lui offrait, tant elle était capable de donner aux autres. Mais elle ne laissait pas la vie lui donner quoique ce soit. Elle repoussait presque tout. Tandis qu'elle caressa un instant le visage d'Yloé, avant de se laisser aller contre le dossier, fermant les yeux quelques secondes, elle n'avait plus rien de la femme hyper active et forte qu'elle était au bar tout à l'heure. Elle avait juste l'air de quelqu'un qui était heureux de retrouver le calme de sa maison.


_________________
Your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself : where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t297-veronika-faure-in-t
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: you can trust me (yloé&moxley)   

Revenir en haut Aller en bas
 

you can trust me (yloé&moxley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forgotten delights. :: CHICAGO, ILLINOIS :: WEST SIDE :: RESIDENCES-
Sauter vers: