AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lost and insecure, you found me (storm)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
─ Dollars : 496
─ Messages : 94
─ Je suis sur FD depuis le : 12/05/2018
─ Âge : 25
─ Quartier : south side.
─ Emploi : le calme de ma petite librairie, l'adrénaline de l'illégalité.
MessageSujet: lost and insecure, you found me (storm)   Dim 27 Mai - 1:38


ϟ lost and insecure, you found me
Ever seen a devil with a halo, ever seen an angel with some horns everybody got their own demons everybody fightin' their own war, I can be an angel sometimes I can be real fucked up.

▼▲▼

Laisser mes pieds me guider, m’emmener quelque part, où que ce soit, tant que c’est loin d’ici. Y’a trop de souvenirs dans ces rues. Trop de flashs, trop d’images amèrement gravées sur mes rétines. Et si je pouvais échapper à mon passé, je le ferais sans hésiter.

Je devrais pas traîner par ici. Encore moins à cette heure, totalement à découvert. Mais depuis un moment, j’ai cette mauvaise habitude qui me colle à la peau. M’amouracher de l’adrénaline, pour tenter de noyer mes démons. Me vouer désespérément au halo de l’astre lunaire, qui finalement, est la seule lumière dans ce monde dopé à l’obscurité.

Et j’te déteste. Putain, j’te déteste ! T’as fait voler mon âme en éclats. Tu m’as abîmée comme jamais personne auparavant. J’ai l’impression de n’être plus qu’un tas de colère, un tas de morceaux éparpillés, sur lesquels la haine distille un chaos sournoisement destructeur. Et pourtant, y’a plus rien à dire de cette histoire. C’était la nôtre, et tu l’as déchirée comme si ça comptait pas pour toi. Comme si ça avait jamais compté. Je m’étais tellement donnée à toi. T’étais le seul à me connaître comme j’étais vraiment. Est-ce qu’un jour, je redeviendrai celle que j’étais ? Est-ce qu’un jour seulement, j’aurais droit au bonheur ? Le vrai, celui qui te prend le bide, qui te fait papillonner l’estomac et tatoue un sourire indélébile sur tes lèvres ?

Un bruit quelque part devant moi. Qui fait sursauter mon estomac, mais pas de la façon à laquelle je pensais il y a quelques secondes. Doucement, je ralentis mes pas, finissant par m’immobiliser sur le bitume. Les sens en alerte, je repère une silhouette dans la nuit. Masculine, évidemment. Prédatrice, possiblement. Mais vraisemblablement en position de faiblesse, assise sur le sol, maladroitement calée contre le mur de briques. Et l’adrénaline qui refait surface, qui m’attire, me pousse à avancer. Comme un aimant, je m’approche. Lentement, mais pas parce que j’ai peur. Seulement pour faire durer cette sensation au creux de mon ventre. Ce truc qui me rappelle que je suis en vie, quand j’ai parfois l’impression d’être affreusement vide à l’intérieur. Et c’est une fois tout près, que l’odeur d’alcool frappe mes narines. Encore un type qui s’est mis à l’envers. Peut-être un type blessé, lui aussi. Un type que l’amour a salement écorché. Putain de poison. A voix presque basse, j’interpelle l’ombre. Comme si mes mots avaient le pouvoir de briser un équilibre déjà dangereusement instable.

- Eh, est-ce que ça va… ?

C’est la Lune qui m’apporte la première réponse. Elle nous éclaire de sa bienveillante lueur, et je reconnais ton visage. Storm. Je comprends mieux les effluves ambrées qui t’entourent. Storm, la tempête, l’ouragan. La haine qui soulève les âmes, qui voudrait anéantir le monde tout entier. La menace perpétuellement dans le regard, qui enflamme tous ceux qui croisent ton chemin. Mais tu m’impressionnes pas tellement. J’ai pas peur de toi. Même quand tu hurles ta rage à deux centimètres de mon visage. Même quand ton souffle veut bousculer les remparts de mon coeur. Et je sais pas pourquoi. Face à toi, je ne tremble pas. C’est l’abysse de mes prunelles qui défie les tiennes. Qui te défie de cracher ton venin, l’amertume qui pollue ton carmin. Un jour, tu comprendras qu’elle est nocive pour toi. Tu comprendras que tu dois tourner la page, la déchirer, la réduire en cendres. C’est à ça que tu dois mettre le feu, Storm. Pas au monde.

- Storm. Jamais t'arrêtes de te mettre à l'envers.

C'est même pas une question. Je connais tes habitudes malsaines, tes tentatives désespérées de noyer dans les liqueurs amères ce qui t'étouffe le coeur. Mon ton n'est pas agressif, mais un peu moins doux que précédemment. Comme si m'adresser à un inconnu plutôt que toi nécessitait plus de délicatesse. Je suis dépitée de te voir comme ça. Elle te détruit, et comme si c'était pas assez, tu te détruis toi-même. Faut te réveiller, Storm. Il te faut un déclic, un électrochoc qui soulève ton palpitant et redonne au monde toutes ses couleurs. Parce que ta chute ne fait que commencer, et elle sera terrible.
 
CODAGE PAR AMATIS


@Storm Petrovechelli

_________________
ϟ Come down to the black sea swimming with me, go down with me, fall with me, let’s make it worth it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t613-mad-world-calliopee
─ Dollars : 957
─ Messages : 355
─ Je suis sur FD depuis le : 12/03/2018
─ Âge : 27
─ Quartier : west side. little italy.
─ Emploi : vendeur de rêves éphémères. distributeur de visages brisés.
MessageSujet: Re: lost and insecure, you found me (storm)   Lun 28 Mai - 15:40

LOST AND INSECURE, YOU FOUND ME
calliopée & storm.

Les yeux ancrés dans le ciel, les étoiles tournent un peu trop vite. La bière à moitié vide qui pend au bout de ses doigts est une nouvelle fois sa seule compagnie dans ses moments de solitudes profondes.  Une soirée de plus à se foutre à l’envers. A se détruire l’âme pour tenter de se panser le cœur. La chaleur moite de la boite de nuit miteuse lui donne la sensation d’étouffer. L’air de la nuit a le mérite de lui donner l’impression de respirer un minimum. C’est plus facile de se dire qu’on est sorti de son plein gré, que de voir la réalité en face. Il a encore tout saccagé storm. Et ce sont les videurs qui ont sorti son cadavre trop ivre de ce putain de trou à rat miteux. Trop tard pourtant. il avait ravagé des visages, cassé tout ce qui pouvait se trouver à sa portée. Il a besoin de ça storm. Constamment. Tout le temps. Déverser sa haine contre le monde. Se sentir vivant l’espace de quelques secondes. ses yeux se ferment un instant. Se rouvrent instantanément. Sa bière vide vole pour finir explosée contre le mur d’en face dans un excès de colère de plus. elle était encore là. encore. toujours. A le hanter. Sa vie était déjà loin d’être rose. Mais ça n’a pas suffit. Il a fallut qu’elle s’y fasse une place il y a des années pour la transformer en enfer. Et comme un poison qui s’écoule lentement dans ses veines elle a fini par le rendre totalement cinglé. Elle avait été son pilier au début, pour finir par devenir le bourreau de sa destruction. L’entrainant en plein cauchemar. et puis elle s’est tirée. Comme on laisse une merde au bord de la route. Elle l’a flinguée et il est pas capable de se relever. Chaque jour, il plonge un peu plus au fond du gouffre. Dans l’espoir de l’oublier. Pourtant, comme un drogué, il en est incapable. Il cherche sa drogue à longueur de temps en sachant très bien qu’elle le bousillera une fois de plus. une de ses mains tachées de sang se passe sur son visage abîmé, fatigué, écorché. Il a beau donné des coups, il se défend à peine quand il en reçoit. Ça le fait vivre et ça le tue un peu plus. ses yeux se perdent dans les débris de verre à ses pieds. il n’a plus rien à boire. Il en veut encore. parce qu’il n’en a jamais assez, piégé dans ce cercle vicieux dont il n’a pas envie de sortir. il finit par sortir un joint déjà roulé de sa poche, faisant crépiter la flamme de son briquet pour l’allumer. Histoire de compenser avec autre chose. De se perdre dans une réalité plus plaisante. Moins difficile à supporter. Plongé dans ses pensées destructrices, il entend à peine les pas qui s’approchent. La petite voix qui s’élève ne le fait même pas réagir. « eh, est-ce que ça va ? » il n’a pas envie de répondre. Il ne sait même pas si elle s’adresse véritablement à lui. surement. Il n’y a que sa pauvre carcasse affalé comme un déchet dans cette ruelle crasseuse. Il dit rien. il attend qu’elle se casse, car c’est pas le moment. c’est jamais le moment de toute façon. Il n’a pas envie de parler. Elle risque d’en payer les pots cassés. Les excès de gentillesse c’est rarement bien accueilli chez lui. « storm. Jamais t’arrêtes de te mettre à l’envers. »  ses sourcils se froncent à l’entente de son nom. Ses yeux se relèvent péniblement vers la silhouette qui le surplombe. Les rayons de lune frappant pleinement son visage. Ne laissant peu de place au doute à la vue de sa chevelure flamboyante et de son si joli visage. il finit par tourner la tête, lâchant un soupir agacé. « qu’est-ce que ça peut t’foutre. » calliopée. Son esprit divague. Incapable de se rappeler quand est-ce que cette nana a commencé à se faire une place dans sa vie. il la comprend pas. un an, deux, plus. peut être. Peut être pas. mais elle est souvent là. un peu trop. à le pousser à bout. A faire rugir le fauve en cage. A le rendre cinglé pour qu’il lui hurle au visage son désespoir. A croire qu’elle prend un certain plaisir à être le punching-ball de son mal-être. espérant sans doute que mettre des mots sur ce qui le ronge finira par apaiser sa peine. mais ça marche pas. ça a jamais marché. Et qu’est-ce qu’elle fou là. c’est pas un endroit pour elle ça. Les rues dégueulasses. Les boites douteuses où l’alcool et la drogue coule à flot. Elle est trop clean pour ça. « t’as rien à foutre là. casse toi calli’. » il est tellement amoché qu’il a même pas la foi de l’envoyer chier réellement. Pas encore. pourtant elle vient perturber sa soirée. Elle vient s’immiscer comme une fleur dans ses penchants masochistes alors qu’il a juste envie de couler tout seul, une fois de plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
─ Dollars : 496
─ Messages : 94
─ Je suis sur FD depuis le : 12/05/2018
─ Âge : 25
─ Quartier : south side.
─ Emploi : le calme de ma petite librairie, l'adrénaline de l'illégalité.
MessageSujet: Re: lost and insecure, you found me (storm)   Dim 15 Juil - 0:50


ϟ lost and insecure, you found me
Ever seen a devil with a halo, ever seen an angel with some horns everybody got their own demons everybody fightin' their own war, I can be an angel sometimes I can be real fucked up.

▼▲▼

L’astre lunaire qui vient doucement caresser ton visage de son halo bienveillant. T’es de ces âmes noctambules, qui flirtent habilement avec la tiédeur de la nuit. C’est ton territoire. Et pourtant. Je retiens une expression de surprise quand je vois l’état dans lequel tu es. Ton faciès meurtri, auréolé de teintes violacées. Massacrés tes traits harmonieux, ta mâchoire savamment dessinée, tâchée de gouttes carmin. J’ignore qui t’a fait ça. Mais ils t’ont pas raté. T’es dans un sale état. Tu peux pas rester comme ça.

- Qu’est-ce que ça peut t’foutre.
- Strictement rien. J’constate, c’est tout.

C’est pas tout à fait vrai. Une demie vérité. Te voir comme ça, ça me torture le coeur. Tu me fais de la peine, Storm. Tu devrais pas te laisser abattre pour une nana. T’es tellement plus fort que ça. T’as une force de caractère hors du commun. Tu pourrais t’en sortir. Mais le chant de la sirène résonne encore trop fort à tes oreilles.

- T’as rien à foutre là. casse toi Calli’.

- Qu’est-ce que ça peut t’foutre.

Je reprends volontairement ta phrase, tes intonations. Ton langage peu châtié. T’es mal en point. Physiquement, mentalement. Va falloir que je te provoque pour que tu te bouges. Pour que, peut-être, tu me laisses réparer les dégâts sur ton visage, à défaut de pouvoir réparer ceux de ton coeur. Alors je commence par te retirer le joint d’entre les doigts, le balancer loin derrière moi, le bout incandescent retombant mollement sur le bitume de la route où il se fera sûrement rouler dessus plus tard. Par ce geste, je mets le feu aux poudres. Ca va t’énerver. Mais tu vas enfin réagir. C’est tout ce que je veux. Que t’arrêtes de subir ta vie. En plus, l’odeur du joint m’insupportait. D’une pierre deux coups.

- Lève-toi.

La voix plus ferme que ma silhouette pourrait le laisser paraître. Je fais un pas en avant, des éclats de verre crissant sous mes chaussures. Des éclats de toi. Je tends ma main, même si j’ai pleinement conscience de pas avoir la force de te soulever seule. Je te laisserai pas là ce soir. Pas dans ton état. Et je sais pas ce qui me pousse à faire ça. C’est plus fort que moi, comme si une force invisible me dictait les gestes à avoir. Comme si je savais que c’était ce que je devais faire. Comme si c’était ma place. Parce que j’ignore comment ça fonctionne entre nous. Mais ça fonctionne plutôt bien. C’est pas vraiment très clean, pas vraiment commun. C’est déroutant, intriguant. Bouleversant. Addictif, possiblement.

Allez viens, Storm. Laisse-moi faire. Autorise-toi à lâcher prise de ce poison qui contamine salement tes veines. Purge-toi de ce venin qui te parasite, te ronge, entame tortueusement ton âme. Je sais que c’est difficile. Je sais tout ça. Un peu trop bien. Je sais comme c’est facile de se laisser couler, de se laisser emporter par la foule de sentiments ténébreux qui assaillent le coeur. Mais tu dois te battre. Tu dois pas la laisser avoir cette emprise sur toi. Et si tu me laisses pas entrer dans ton monde, j’vais le braquer, y entrer de force par effraction pour t’en extirper, te ramener à la lumière.

- Allez, debout !

En supposant que tu puisses tenir sur tes jambes. Ton haleine suffirait à me rendre soûle. T’as encore forcé sur la bouteille. T’espères noyer ta peine et ton chagrin, mais tu fais fausse route. Les liqueurs amères pour mieux les exacerber, te feront perdre la tête. C’est pas la solution. J’ai vu mon père s’alcooliser, pour tenter d’oublier. Avaler en vain des litres de whisky pour noyer ses démons. Et finalement plonger plus profondément dans son cauchemar. Si j’avais pas été là, qui sait où il serait aujourd’hui... Je refuse de te laisser suivre son chemin. Je refuse de te laisser te bousiller pour une fille ! Sur le coup, on se sent vidé, je sais. Le monde perd ses couleurs, tout devient fade, sans aucun sens. Mais y’en a des milliers d’autres. Plus belles, plus douces. Plus à même de t’aimer, Storm.

Et mes prunelles aussi sombres que la nuit te sondent, te défient de te défiler face à moi. Parce que je te laisse pas le choix. Tu vas me détester. Mais je te laisserai pas tomber. Ce soir, t'es pas seul. Ce soir, tu repars avec moi.
 
CODAGE PAR AMATIS


@Storm Petrovechelli

_________________
ϟ Come down to the black sea swimming with me, go down with me, fall with me, let’s make it worth it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t613-mad-world-calliopee
─ Dollars : 957
─ Messages : 355
─ Je suis sur FD depuis le : 12/03/2018
─ Âge : 27
─ Quartier : west side. little italy.
─ Emploi : vendeur de rêves éphémères. distributeur de visages brisés.
MessageSujet: Re: lost and insecure, you found me (storm)   Mer 18 Juil - 23:23

LOST AND INSECURE, YOU FOUND ME
calliopée & storm.

Les mots lourds lui brûlent les lèvres. Les insultes bouillonnent. La vulgarité qui claque. Parce qu’il sait pas être doux storm. Il n’y a que la colère qui parle. La tristesse qui crie. La solitude qui hurle. « strictement rien. j’constate, c’est tout. » il la fixe de ses yeux sombres. Ce contraste cinglant qui les caractérise si bien. Elle est trop belle pour ses ruelles dégueulasses calliopée. Elle est trop clean pour cette ambiance morbide. Trop propre pour vouloir se tacher les ailes à relever des types comme lui. tenter de relever l’impossible. Storm il a pas envie qu’on le remonte à la surface. Il s’est noyé bien avant d’avoir appris à nager. Il se démerde comme il peu, mais jamais dans le bon sens. il recule au lieu d'avancer. c'est sa façon de survivre et de s'accrocher à sa vie totalement ratée. Ses doigts abîmés reportent le joint à ses lèvres pour tirer une nouvelle latte de son doux poison dont l’effet n’a plus celui escompté. Il lui dit de dégager. Parce que les nanas comme elle, ça finit toujours dans les emmerdes à cette heure là, et storm il a pas envie de devoir jouer le prince charmant à la sortir de là. C’est un sombre connard. il serait capable de la laisser toute seule. à se démerder. mais non. il foncerait dans le tas, surement. peut être. on peut pas prévoir un type comme lui. mais il n'irait Pas pour elle. mais juste pour trouver une excuse afin de faire pleuvoir les coups. De sentir la douleur lui rappeler qu’il est encore un peu vivant quelque part. « qu’est-ce que ça peut t’foutre. » il hausse un sourcil. Parce que ça lui va pas, la vulgarité d’une part. et de l’autre, il aime pas quand elle lui parle de la même manière dont lui cause au monde. c’est comme ça que son sang tourne. Qu’il voit rouge et qu’il perd les pédales : pour quelques mots. Pour un regard de travers, pour un geste déplacé. Il est dans l’excès. tout le temps. Et il est pas d’humeur ce soir. comme beaucoup d'autres. Il est fatigué aussi. comme souvent. Alors calliopée, elle devrait éviter de jouer avec ses nerfs comme elle le fait continuellement. Un jour, ça va lui retomber dessus. Peu importe la façon dont ça finira, eux deux, un jour, elle finira par le regretter. C’est jamais bon de trop côtoyer storm, peu importe la façon. C’est un poison pour lui-même, pour les autres il est létal. Et elle fait le geste de trop. il sent sa cigarette magique se volatiliser d’entre ses droits pour finir sa triste vie quelques mètres plus loin. Et l’orage gronde. La pression monte. Son poing se serre. Son sang déjà bien trop chaud est en train de bouillir tandis que ses yeux noirs revêtent le voile maudit de sa haine. « tu m’casses les couilles putain. » c’est cinglant. C’est pas joli. Mais storm c’est sa seule façon de s’exprimer. Elle a de la chance de pas être un homme calliopée. Elle aurait déjà reçu son poing dans la figure, et son visage aurait fini sa course dans le mur. elle tente de réveiller diable. Et c’est dangereux. Surtout imbibé d’alcool comme il est. « lève-toi. » grincement de dent. On ne donne pas d’ordre à storm. Storm c’est l’électron libre qui brise toutes les règles qu’on peut lui donner.  « allez debout ! » la bombe à retardement explose. En moins de quelques minutes, calliopée a ouvert les vannes. A balayer d’un revers de la main toute contenue. Et c’est pas pour lui faire plaisir qu’il se lève chancelant. Parce l’alcool lui ravage l'âme. Que la douleur lancinante qui traverse chacune parcelle de son corps est assourdissante. Et la tempête éclate dans le silence de la nuit, ses yeux menaçants plongent dans son regard bien trop déterminé. « vraiment tu m’fais chier. Tu peux pas t’occuper d’tes affaires sans déconner ? Qu’est-ce que t’as ? tu t’es dis, j’m’emmerde ce soir, j’vais aller faire chier storm ça va m’occuper cinq minutes ? » il sait au fond pourquoi elle fait ça. il le sait. Elle lui a dit des dizaines de fois. mais ça rentre pas. ça rentrera jamais. il bloque là-dessus. il repousse constamment cette main qu'elle lui tend. incapable de se rendre compte qu'elle a juste envie qu'il s'en sorte. qu'il tourne la page. qu'il vive vraiment, après vingt-sept ans. mais comment vivre quand on a jamais vécu. Son obsession maladive a eu raison de lui il y a bien trop longtemps. Et les centres de désintox’ pour les cœurs fracassés, ça n’existe pas. elle l’a énervé. Et c’est ce qu’elle veut. Ça aussi, il en a conscience. Mais ça, il comprend toujours pas pourquoi. parce que ça le fait vriller. et qu’un jour elle finira surement blessée par tant d’horreurs en une seule personne. il finit par se rapprocher dangereusement d’elle. « alors calli’, qu’est-ce qu'il y a ? tu t’ennuies à ce point, faut que j’m’occupe de toi peut-être ? » sourire mauvais aux coins de ses lèvres abîmées. storm il réfléchit pas. jamais. Ou trop à ses heures perdues. L’instinct régit sa vie. les conséquences il s’en moque. Elle joue avec le feu calliopée, il veut qu'elle s'en aille. qu'elle fuit le monstre avant qu'il la bousille comme tout le reste. il en est bien trop capable. Il maîtrise plus rien. il a jamais maîtrisé quoique ce soit. Tout est bon à prendre pour cracher son venin. Tout est bon à frapper pour extérioriser. Tout est bon à utiliser pour oublier. Elle aurait pas du traîner par ici calliopée, c’est pas un soir où il faut croiser ce pauvre type complètement largué.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
─ Dollars : 496
─ Messages : 94
─ Je suis sur FD depuis le : 12/05/2018
─ Âge : 25
─ Quartier : south side.
─ Emploi : le calme de ma petite librairie, l'adrénaline de l'illégalité.
MessageSujet: Re: lost and insecure, you found me (storm)   Mar 30 Oct - 0:15


ϟ lost and insecure, you found me
Ever seen a devil with a halo, ever seen an angel with some horns everybody got their own demons everybody fightin' their own war, I can be an angel sometimes I can be real fucked up.

▼▲▼

Deux opposés qui se gravitent autour, comme deux astres perdus. C’est ce qu’on est. Ce qu’on a toujours été. Et t’as envie de couler, pas d’être remonté. Tu veux pas d’aide, tu veux qu’on te laisse te faire bouffer par tes démons. Mais je suis pas capable de ça. Je sais que sous cette carapace de mec dur, y’a quelqu’un de bien. Je sais que ça en vaut la peine. Et l’amour, ce putain de poison. Ce pile ou face malsain, qui t’envoie au paradis ou en enfer. On est tous les deux tombés du mauvais côté. C’est viscéral, ça prend toute la place à l’intérieur. Ca bouscule tout pour s’imposer, dominer.

T’es étonné que je te donne la réplique, de ces mots trop vulgaires pour mon innocente bouche couleur cerise. Mais Storm, je suis pas faite que de douceur. Tu sais pas ce que je suis capable de faire. Ce que j’ai déjà fait. Tu sais pas ce que je suis devenue. Tu me croirais pas si je te le disais. T’as cette image de moi, petite poupée dans un écrin de cristal. Biche vacillante et fragile. T’es persuadé que j’ai pas une once de violence en moi. Et pourtant, j’ai explosé la voiture de mon ex à coup de batte de base-ball.

Je vois dans tes yeux que j’ai réussi. J’ai soulevé ce truc en toi. Et tu te lèves. Même si t'as ignoré la main que je te tendais. Mais t’es trop bourré pour tenir debout, alors tu tangues. T’es bien plus grand que moi, pourtant je te tiens tête. Tu m’impressionnes pas. Je sais même pas pourquoi, mais j’ai jamais flanché devant toi. Même quand tu deviens un véritable ouragan. J’ai pas d’explication à ça. Et je pense que ça te déroute autant que ça me surprend.

- Vraiment tu m’fais chier. Tu peux pas t’occuper d’tes affaires sans déconner ? Qu’est-ce que t’as ? tu t’es dis, j’m’emmerde ce soir, j’vais aller faire chier storm ça va m’occuper cinq minutes ?
- Cinq minutes c’est pas assez, vu le boulot.

Je te détaille de la tête aux pieds, les sourcils haussés. Fais pas semblant. Ton petit jeu n’a jamais fonctionné avec moi. T’as beau me hurler dessus, être désagréable, impoli, complètement à bout, t’arrives pas à me faire fuir. Et ça te déstabilise. Mais le fait est que t’as beau être têtu comme une mule, je suis bien plus patiente que toi. J’ai l’avantage. Faut que tu la tournes, cette page qui te parasite. Faut que tu l’émiettes, que tu la brûles. Ca te retourne tellement, que tu pourrais en tirer une force phénoménale. Tu pourrais soulever le monde, Storm. Toute cette rage qui court dans tes veines, tout ce venin qui paralyse ton coeur. Faut que ça sorte. Et chaque fois que je t’énerve, ça réveille enfin une petite étincelle de vie au milieu de tout ce chaos.

- Alors Calli’, qu’est-ce qu'il y a ? tu t’ennuies à ce point, faut que j’m’occupe de toi peut-être ?
- Tu m’fais pas peur, Storm.

T’as ce faux sourire que tu veux mauvais, ta lèvre enflée qui doit douloureusement te tirailler. Mais je suis imperturbable. Je te fixe de mes yeux encore plus noirs que la nuit qui nous entoure. Presque sans ciller. Sans bouger d’un pouce. T’es pas mauvais. C’est le genre que tu veux te donner, pour te protéger. Mais t’es vulnérable. T’es comme un oisillon tombé du nid. Perdu, triste, apeuré. T’as peur des sentiments, peur de l’amour. Peur d’être blessé. T’as l’impression que tout ce que tu touches se détruit. Que tu fais toujours tout rater. Je peux te comprendre mieux que personne. Et cette tempête permanente que t’affiches à la face du monde, c’est qu’une façade. A travers tes fêlures, je perçois qui t’es vraiment. Ton masque prend pas avec moi. Sous tes grands airs, t’es qu’un mec largué. Un mec amoché par la vie.

- Viens, faut te rafistoler un peu.

Mon ton n’est pas forcément doux. C’est plus un constat, parce que je suis pas d’accord avec ce que tu fais. Ma main froide effleure à peine ta joue violacée avant de s’envoler aussitôt, et mon bras s’emmêle déjà au tien. Ca va pas te plaire, mais t’es trop alcoolisé pour vraiment réagir de toute façon. Et au fond de toi, tu sais très bien que rester dans cette rue déserte dans ton état, c’est te donner comme proie facile à des dégénérés du coin. Je sais que c’est pas ce que tu veux. Toi, t’as envie de souffrir, d’avoir mal, de sentir les coups écraser ton épiderme et meurtrir tes muscles. Mais là, t’es clairement plus en état pour ça ce soir, et tu risques juste de perdre connaissance et d’y passer. T’es chiant et borné, mais pas complètement idiot. Tout n’est pas bon à jeter en toi, Storm.

- Et j’te demande pas ton avis.

Ferme et clair. La biche aussi peut se montrer farouche. Je tire un peu sur ton bras pour amorcer le premier pas. Pas trop fort. Pour pas te faire mal, mais aussi pour éviter que tu t’écroules sur moi si l’alcool que t’as ingéré te fait tourner la tête. T’es dans un sale état. C’était peut-être le destin que je me perde par ici ce soir. Qui sait ce qui aurait pu se passer. Mais t’es loin d’être un agneau docile, et j’en ai bien conscience. La nuit promet d’être longue.
 
CODAGE PAR AMATIS


@Storm Petrovechelli

_________________
ϟ Come down to the black sea swimming with me, go down with me, fall with me, let’s make it worth it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t613-mad-world-calliopee
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: lost and insecure, you found me (storm)   

Revenir en haut Aller en bas
 

lost and insecure, you found me (storm)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forgotten delights. :: CHICAGO, ILLINOIS :: SOUTH SIDE-
Sauter vers: