AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 take care of yourself (yloé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
─ Dollars : 473
─ Messages : 243
─ Je suis sur FD depuis le : 04/03/2018
─ Quartier : West Side. Un appartement sous les toits. C'est pas ce qu'il y a de mieux, mais au moins j'ai un endroit où dormir.
─ Emploi : Barmaid. De jour comme de nuit, dans plusieurs bars différents. Je chope les contrats là où je peux.
─ Études : USNA - expulsée lors de la dernière année, ils ont pas aimé trouver traces de cocaïne lors des analyses de sang.
MessageSujet: take care of yourself (yloé)   Mer 28 Mar - 21:32

Take care of yourself.
C'était une soirée de boulot comme une autre pour Veronika. Elle courrait un peu partout pour servir les différents clients. Le bar était quasiment plein et ils étaient plusieurs à servir, heureusement. L'établissement l'engageait toujours en cas de rush: ils savaient qu'elle était efficace, pas emmerdante à partir du moment où on ne l'emmerdait pas - et pas grand monde ne se risquait à l'emmerder, parce qu'elle remettait très vite les pénibles en place. Son fort caractère était apprécié ici, car l'endroit n'était pas forcément très recommandable et avoir des mains pour gérer d'éventuelles bastons était toujours une bonne chose. D'ailleurs, elle y était cliente, aussi. Ce soir, il se donnait un concert d'un groupe qu'elle ne connaissait pas, mais qui avait attiré suffisamment de groupe pour qu'ils aient vraiment du boulot. Et, tandis qu'elle notait les commandes et qu'elle servait les boissons, parfaite dans le rôle de la serveuse ni trop sexy, ni pas assez (et elle l'aimait, ce rôle, puisqu'il lui permettait souvent de ramener des compagnons de jeux chez elle - jamais des types lourds, ceci dit, elle aimait le sexe mais elle avait ses principes), elle remarqua qu'un des employés semblait fatigué, plus que de raison. Elle le voyait régulièrement ici. Trop régulièrement à son goût. Il trimait comme un malade et il n'avait clairement pas l'âge de travailler, surtout pas dans un tel endroit. Mais les patrons n'étaient pas regardants là-dessus: à partir du moment où la personne faisait bien son boulot, ce qu'elle faisait en dehors ne les intéressaient pas. C'était autant une qualité qu'un défaut, car ce soir, son jeune collègue semblait un peu dépassé par la situation. Là tout de suite, elle n'avait pas trop le temps de s'en préoccuper. Elle fut abordée par un sale type qui trouva bon de lui coller sa main aux fesses. Veronika se retourna et lui lança un regard tellement assassin qu'il se recroquevilla sur sa chaise, faisant pouffer de rires ses potes qui étaient assis à côté de lui. Elle prit leur commande et disparut derrière le bar, où servait le propriétaire - il n'en bougeait que peu.

"Dis-moi, il a l'air crevé, le petit jeune, non?" demanda-t-elle en déposant le plateau et en lui présentant la dernière commande, qu'il s'empressa de compléter. Il haussa les épaules. "Peut-être." OK, t'en as rien à foutre, quoi. Elle soupira tandis qu'elle récupérait le plateau, qu'elle ramena à la bonne table. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle: personne ne l'appelait. Profitant de cette minute un peu plus calme, elle se fraya un chemin à travers les différentes tables, récupérant au passage un billet que lui offrit un grand blond avec un clin d'oeil. Elle lui fit un sourire équivoque: il lui plaisait bien, celui-là, s'il restait jusqu'à la fin de la soirée, peut-être que... puis elle rejoignit le jeune homme qui l'inquiétait. "Ca va, tu t'en sors?" Elle regarda l'étiquette épinglée sur ses fringues, la même qu'ils portaient tous, chacune avec leur prénom. "Yloé. Joli prénom. Ca fait un moment que je te vois bosser ici. C'est pas trop dur?" Elle entendit siffler et eut le réflexe de se retourner. Le patron lui faisait signe de faire demi-tour. "Ca va, j'arrive!" Elle leva les yeux au ciel avant de regarder de nouveau Yloé. "Si tu es trop fatigué, prends ta pause, je reprends tes commandes." "Veronika! T'es pas ici pour discuter!" Elle soupira et posa sa main contre l'épaule du jeune homme. "Tu m'appelles, si besoin est, ok?" Puis elle fila de nouveau vers le bar, argumenta un moment avec le patron, avant de remplir de nouveau son plateau et de repartir servir.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You will never be alone. When darkness comes, I will light the night with stars. I will be the one that's gonna hold you, I will be the one that you run to, just waiting to turn your tears to roses.


Dernière édition par Veronika Faure le Mer 25 Avr - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t297-veronika-faure-in-t
avatar
─ Dollars : 433
─ Messages : 169
─ Je suis sur FD depuis le : 14/03/2018
─ Quartier : South Side
─ Emploi : Serveur dans un bar pas vraiment regardant sur l'âge de leurs employés
─ Études : Lycéen, en dernière année
MessageSujet: Re: take care of yourself (yloé)   Ven 30 Mar - 5:56

take care of yourself

Trois heures déjà, trois heures depuis le début de ton service, trois heures à distribuer les boissons, les sourires, à repousser les avances des mecs louches habituels, à te prendre des mains aux fesses sans ton consentement, trois heures et encore beaucoup d'autres qui allaient suivre...Tu étais épuisé pourtant ce soir, encore plus que d'habitude, comptant chaque minute, chaque seconde qui passaient beaucoup trop lentement à ton goût, comme si la grande aiguille était engluée à l'horloge, ta concentration vacillant de plus en plus t'obligeant à faire répéter les clients, à oublier chaque action que tu entreprenais, allant même jusqu'à t'éclipser un instant dans un coin que tu espérais discret, te passant les mains sur le visage et essayant de reprendre tes esprits, tu ne pouvais pas te permettre de continuer comme ça, ton patron s'en rendrait compte, dans le meilleur des cas il t'obligerait à rentrer chez toi, dans le pire des cas, désinvolte -pour ne pas dire je m'en foutiste- comme il l'était il te renverrait en décrétant pouvoir trouver quelqu'un pour te remplacer, dans les deux cas tu ne pouvais pas te le permettre, paradoxalement ce travail était ce qui te sauvait, même s'il te détruisait la santé.

Ce fut une voix derrière toi qui te tira de tes pensées alors que tu te retournais pour faire face à une collègue que tu avais déjà repérée plusieurs fois même si tu ne lui avais jamais adressé la parole auparavant, Veronika, si tu t'en fiais au badge qu'elle portait épinglé à sa tenue, elle te demandait si tu t'en sortais, si le travail n'était pas trop dur, ayant probablement remarqué ton état de fatigue que ce soir tu n'arrivais pas à camoufler, tes cernes visibles même après avoir tenté de les maquiller, pourtant tu haussas simplement les épaules sans exprimer d'émotion en particulier.

« J'ai l'habitude »

Ni véritablement un mensonge, ni véritablement une vérité, plus un constat qu'une réelle réponse. C'était vrai, tu avais l'habitude de ce travail après deux ans à le faire tous les soirs sans la moindre exception, l'habitude de ces regards sur ton corps, l'habitude du rythme intense, du bruit, des heures supplémentaires à ne plus en finir, pour autant l'habitude ne rendait pas les choses plus simples, loin de là même parfois mais tu ne voulais pas te plaindre, tu prenais sur toi, comme tu l'avais toujours fait jusque là, de toute façon même si tu lui confiais ton épuisement, ta lassitude, même si tu lui disais à quel point tu te sentais mal ce soir, elle ne pourrait rien pour toi, autant vous épargner ça. Alors, lorsque le patron la siffla, lui ordonnant de retourner au travail, qu'elle n'était pas là pour discuter, tu lui fis simplement ton plus beau sourire à elle aussi, et le plus faux, celui qui rassurait seulement ceux qui avaient envie de te croire, celui qui disait que tu allais parfaitement bien quand tout en toi même tes yeux hurlait le contraire.

« Je prends jamais de pauses mais c'est gentil, merci »

Au moins une phrase qui était entièrement honnête, probablement pas celle qu'elle espérait.
Rapidement tu repartis vers une table, le stylo et le bloc note en main.

« Bonsoir, qu'est-ce que je peux vous servir ? »

Mais les choses ne s'arrangeaient pas, ta propre voix te paraissait lointaine et la leur encore plus, comme des assemblages de syllabes aléatoires que ton cerveau ne traduisait plus, une langue inconnue, les lumières t'éblouissaient, te vrillaient le crâne et les lettres que tu tentais d'écrire tant bien que mal dansaient devant tes yeux.

« Euh...Je reviens tout de suite, mon stylo ne fonctionne plus, excusez moi »

Ce fut la seule excuse que tu réussis vaguement à prononcer avant de frayer un chemin jusqu'à Veronika que tu avais repérée un peu plus loin.

«Veronika, tu peux t'occuper de la table là bas ? »

Joignant le geste à la parole tu lui désignais les quatre jeunes que tu venais de laisser précipitamment

« Je reviens, je me sens pas bien »

Et sans lui souffler un mot de plus, tu te précipitas vers les vestiaires où tu te laissas simplement glisser contre un mur, les mêmes symptômes que d'habitude, le cœur qui bat trop vite, la tête qui tourne, le corps qui tremble et l'impression de pouvoir perdre connaissance d'un instant à l'autre.

@Veronika Faure
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
─ Dollars : 473
─ Messages : 243
─ Je suis sur FD depuis le : 04/03/2018
─ Quartier : West Side. Un appartement sous les toits. C'est pas ce qu'il y a de mieux, mais au moins j'ai un endroit où dormir.
─ Emploi : Barmaid. De jour comme de nuit, dans plusieurs bars différents. Je chope les contrats là où je peux.
─ Études : USNA - expulsée lors de la dernière année, ils ont pas aimé trouver traces de cocaïne lors des analyses de sang.
MessageSujet: Re: take care of yourself (yloé)   Mar 17 Avr - 20:50

Take care of yourself.
Il avait l'habitude, qu'il lui répondit, il ne prenait jamais de pause. Elle fronça les sourcils, peu convaincue tandis que chacun repartait à son travail, mais elle fit avec: pour l'instant, il n'avait pas envie de parler. Ils n'en avaient certes pas le temps, mais Veronika s'inquiétait malgré tout. Il était trop jeune pour travailler ici et surtout, bien trop fatigué. Mais la grande brune n'insista pas: elle irait le voir plus tard, à la fin de leur service. Alors qu'elle reprenait une commande, Yloé revint vers elle. Elle ne s'y attendait pas, pas plus qu'elle ne s'attendait à le voir partir précipitamment, sans qu'elle n'ait eu le temps de lui répondre. Il avait l'air de vouloir s'occuper de ses tables tout seul une minute auparavant et à présent, le voilà qui détalait aussi vite que ses jambes le portaient - autant dire qu'elles ne le portaient pas très bien. Elle prit la commande et se dirigea vers le bar. Cette fois-ci, elle s'imposa.

" Je reviens dans cinq minutes. Le gamin ne va vraiment pas bien. " Elle déposa son plateau sur le comptoir et en fit le tour pour y planquer rapidement son tablier. Le patron râla. " Je te préviens, ce sera retenu sur ta paie! " Veronika eut un petit rire. " Ouai et moi je t'envoie le contrôle du travail. Mon ami flic sera ravi de venir vérifier l'âge de tous les employés. " Il la fusilla du regard, mais elle ne se démonta pas. Il capitula et répondit d'une voix rageuse " Ca va! Cinq minutes. Pas une de plus. " Veronika remplit un grand verre d'eau, dans laquelle elle glissa un trait de sirop, puis elle fit demi-tour, prenant la direction des vestiaires. Elle savait qu'elle ne risquait pas grand chose: pour bosser dans ce bar miteux, il fallait le vouloir. Ils étaient mal payés, il fallait supporter les clients graveleux et il ne fallait pas être regardant sur les conditions pas franchement décentes de travail. Elle savait qu'elle faisait du bon boulot et c'était le cas d'Yloé aussi, puisqu'il était toujours là. Le patron n'était pas un monstre non plus, juste quelqu'un qui n'en avait un peu rien à foutre des lois; il voulait des gens pour bosser et les contrats se signaient facilement, puisqu'en retour, il ne regardait pas non plus le profil de la personne. Ce n'était certes pas très légal, mais ça arrangeait bien une partie de la population qui en avait besoin. C'était profiter des plus pauvres, oui... mais à Chicago, c'était chacun pour sa gueule.

Elle poussa la porte des vestiaires et vit que le jeune homme s'était assis contre un des casiers. Elle grimaça: elle ne s'était pas trompée, il était véritablement épuisé. A ce train-là, il ne tiendrait pas le reste de la soirée. Or elle l'avait observé et elle avait bien compris que ce travail, aussi minable soit-il, était important pour lui. Elle ne savait pas pourquoi et ça ne la regardait pas outre-mesure, mais elle avait envie de l'aider malgré tout.

" Yloé ? " Elle déposa le verre de sirop avant de s'agenouiller devant lui. " J'ai obtenu cinq minutes de tranquillité. "Elle reprit le verre et le lui tendit doucement.

" Tiens, bois-ça. Ca te fera pas de mal. " Elle lui fit un sourire tendre, presque maternel.

" J'ai pas envie que tu foutes ta soirée de travail par terre, alors on va faire en sorte que tu respires un peu et que tu puisses tenir de nouveau debout, ok? "

Comme quelques minutes auparavant, elle posa sa main sur l'épaule du jeune homme. " Prends le temps de boire et après, on voit comment on peut répartir les tables pour que ce soit plus facile. "

Il était vrai qu'en général, c'était à celui qui verrait les clients en premier. Mais au vu du monde, ils pouvaient tout à fait couper la salle en plusieurs parties, par exemple, pour éviter de courir de partout à la fois.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You will never be alone. When darkness comes, I will light the night with stars. I will be the one that's gonna hold you, I will be the one that you run to, just waiting to turn your tears to roses.


Dernière édition par Veronika Faure le Mer 25 Avr - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t297-veronika-faure-in-t
avatar
─ Dollars : 433
─ Messages : 169
─ Je suis sur FD depuis le : 14/03/2018
─ Quartier : South Side
─ Emploi : Serveur dans un bar pas vraiment regardant sur l'âge de leurs employés
─ Études : Lycéen, en dernière année
MessageSujet: Re: take care of yourself (yloé)   Dim 22 Avr - 4:06

take care of yourself

Les mots dansaient devant tes yeux, la lumière t'éblouissait et chaque bruit te semblait de plus en plus lointain, même le son de ta propre voix, comme si tu n'étais déjà plus là, comme si tu étais en dehors de ton propre corps, spectateur de la réalité...Tu avais vaguement bégayé une excuse, la première qui te passait par la tête à tes clients avant de t'éclipser, prévenant rapidement une collègue que tu ne te sentais pas bien avant de t'enfuir vers les vestiaires presque en courant, t'écroulant contre un casier alors que tout ton corps se mettait à trembler malgré toi, de douleur, de fatigue aussi, alors que les battements de ton cœur ne semblaient pas vouloir ralentir...
Depuis le temps tu aurais dû t'y habituer pourtant mais chaque fois était toute aussi horrible que la précédente, chaque fois où tu devais courir te cacher et lutter pour ne pas perdre connaissance était aussi insoutenable, chaque fois tu te demandais même si tu y survivrais alors que les larmes coulaient sur tes joues malgré toi, tu n'étais qu'un gamin au fond, un gamin effrayé, épuisé, qui avait atrocement besoin d'être rassuré...

Ce furent finalement des bruits de pas qui se rapprochaient puis une voix appelant ton prénom qui te firent relever la tête alors que tu essuyais tes yeux précipitamment, te doutant pourtant que tes joues trempées te trahiraient quoique tu fasses.
C'était ta collègue, Veronika, celle là même qui s'était inquiétée pour toi un peu plus tôt, celle là même que tu avais repoussée comme tu repoussais toujours ceux qui essayaient de t'approcher d'un peu trop près, celle que tu avais prévenue avant de t'éclipser, elle était là, agenouillée devant toi, te tendant un verre de sirop un sourire tendre, presque maternel aux lèvres, du moins tu imaginais que c'était ce à quoi pouvait ressembler un sourire maternel, n'ayant pas vu ta propre mère te sourire, ni même te regarder depuis plusieurs années, depuis qu'il était entré dans votre vie en vérité.
Depuis ce jour là, ce jour maudit, tu avais l'impression de ne plus vraiment vivre une vie mais une lente agonie, il était arrivé et elle t'avait délaissée, elle qui était pourtant si proche de toi, elle qui te défendait contre tout et tout le monde, qui te pardonnait, te soutenait, t'encourageait, la mère parfaite, la mère courage, c'était ce qu'on disait d'elle à cette époque là, il avait commencé à te frapper et elle avait simplement regardé sans agir, sans rien dire, te soutenant que peut-être qu'au fond, tout au fond, tu devais le chercher, il était arrivé et il te l'avait volée, alors voir cette expression là, cette inquiétude là dans le regard d'une inconnue, une simple collègue qui aurait pu t'ignorer comme tous les autres le faisaient te touchait plus que de raison, tu avais juste envie de te réfugier dans ses bras même si bien évidemment tu n'en fis rien, attrapant simplement le verre avant de le porter à tes lèvres, tes dents cognant contre le rebord à cause des tremblements, hochant simplement la tête à ses paroles même si tu doutais très sincèrement de pouvoir tenir debout à nouveau.
Tu ne t'étais pas senti aussi mal et aussi faible depuis bien trop longtemps, la perspective même de devoir te relever une fois le verre terminé et retourner en salle, courir de tables en tables, retenir les commandes des uns et des autres, pour encore plusieurs heures t'épuisait d'avance, il était clair que tu n'y arriverais pas ce soir, que tu ne pourrais pas, si tu y retournais tu finirais pas simplement t'écrouler devant tout le monde, tu n'en avais juste pas la force et en même temps tu n'avais pas réellement le choix, si tu demandais à rentrer tu n'aurais pas le droit de rester dans le vestiaire en attendant la fin prévue de ton service, si tu demandais à rentrer tu serais forcé de retourner directement chez toi et vu l'heure qu'affichait la montre à ton poignet à laquelle tu jetais des regards anxieux, ton beau-père ne dormait certainement pas, bien au contraire il devait être au salon entouré de ses amis, tous aussi stupides, ignorants et homophobes que lui, si tu rentrais maintenant, tu ne pourrais pas faire un pas dans la maison, il te verrait immédiatement et tu ne connaissais que trop bien la suite, les coups, les insultes sous les yeux impassibles de ta mère et ceux admiratifs de ses amis, comme s'il y avait une gloire quelconque à se défouler sur un gamin qui ne demandait rien...Au final tu devais faire un choix entre travailler dans un état d'épuisement inquiétant ou te faire tabasser même si aucune solution ne te convenait bien évidemment.

Reposant le verre à côté de toi, tu relevas les yeux vers Veronika

« Merci »

Tu dis simplement, tes yeux fixés sur elle sans la moindre gêne, te demandant à quel point tu pouvais lui faire confiance, à quel point tu voulais lui faire confiance, elle avait été adorable, douce, mais lui aussi au tout début avait eu l'air gentil, ou du moins pas entièrement détestable, tu avais toujours peur des autres depuis

« Veronika ? »

Tu hésitais un peu, mordillant tes lèvres nerveusement à plusieurs reprises avant de te lancer

« Si tu devais choisir entre finir un service alors que tu te sens vraiment mal et rentrer chez toi en sachant que ce qui t'attend là bas est pire, tu ferais quoi ? »

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
─ Dollars : 473
─ Messages : 243
─ Je suis sur FD depuis le : 04/03/2018
─ Quartier : West Side. Un appartement sous les toits. C'est pas ce qu'il y a de mieux, mais au moins j'ai un endroit où dormir.
─ Emploi : Barmaid. De jour comme de nuit, dans plusieurs bars différents. Je chope les contrats là où je peux.
─ Études : USNA - expulsée lors de la dernière année, ils ont pas aimé trouver traces de cocaïne lors des analyses de sang.
MessageSujet: Re: take care of yourself (yloé)   Hier à 18:38

Take care of yourself.
Veronika changea de position, s'installant ainsi tout à côté d'Yloé, les genoux remontés contre elle, qu'elle saisit dans ses bras. Puis elle regarda à nouveau l'adolescent. Il n'avait pas l'air bien. Il n'avait pas l'air bien du tout, même. Il tremblait de tous ses membres, il était trempé de sueur et il paraissait terriblement inquiet. L'était-il à cause du travail qu'il allait devoir reprendre? S'il ne pouvait pas se relever, il pourrait rentrer chez lui. Il perdrait une journée de salaire et il se ferait probablement engueuler, mais elle doutait qu'il se fasse réellement jeter dehors. Veronika ne posa pas de questions. Non pas qu'elle ne s'intéressait pas au cas du jeune homme: elle ne serait pas à ses côtés si sa situation ne lui importait pas. Mais elle n'était pas du genre à bombarder de demandes, elle préférait laisser les gens venir. Ils venaient très souvent naturellement à elle: elle savait se montrer douce, tendre suffisamment la main pour qu'on ait envie de s'ouvrir. Si elle n'avait pas d'enfant, elle savait se montrer tout à fait maternelle malgré tout. Peut-être aurait-elle pu être maman, aux côtés de Kyle... il n'avait aucun souci d'argent lui et Veronika aurait sans doute pu trouver un autre genre de travail... mais la vie en avait décidé autrement. Elle ne détestait pas son quotidien actuel: il était difficile, mais elle tenait le coup. Elle était bien entourée, en tous cas assez bien pour ne pas basculer du mauvais côté. Elle  avait pourtant songé, encore quelques mois auparavant... mais la vie lui prouvait pour l'instant qu'elle était sur le bon chemin, alors elle y restait. Encore ce soir, alors qu'elle observait, silencieuse et attentive, Yloé qui venait de reposer son verre, elle sentit que ce qu'elle faisait était quelque chose de bien. Il avait besoin d'elle et elle était là.

Lorsqu'il lui posa une question, elle le regarda, semblant réfléchir un instant: cet adolescent lui brisait le coeur. Il avait l'air totalement perdu, comme si, finalement, ce bar était son excuse pour ne pas rentrer chez lui et qu'à présent qu'il ne l'avait plus, il ne savait pas quoi faire. Veronika comprenait: plus jeune, si elle n'avait jamais vraiment été maltraitée physiquement (son grand-père était bourru, mais pas violent), elle avait, en revanche, subi un harcèlement moral terrible. Sois la meilleure, ou ne reviens pas était un peu le créneau de la famille. Fais honneur à ta mère, tu portes son prénom, ça elle l'avait entendu tellement de fois qu'elle ne les comptait même plus. Longtemps, elle avait vécu à travers une image qu'ils voulaient se faire d'elle. Finalement, même si avoir été foutue à la porte avait été le début de sa descente aux enfers, ça avait aussi été pour elle l'occasion de devenir quelqu'un...

"Honnêtement... je n'en sais rien."

Elle marqua une pause de quelques secondes.

"Je ferais probablement ce qui est le moins difficile. Le problème, si je comprends bien, c'est que c'est de rester ici qui t'arrangerait... mais tu n'es pas en état de continuer."

Elle jeta un coup d'oeil à la montre d'Yloé.

"Et il y a encore deux grosses heures de service, avant que l'ambiance retombe..."

Elle regarda l'adolescent un instant. Une idée venait de lui traverser l'esprit. C'était un peu cinglé: il ne la connaissait pas et elle non plus, d'ailleurs. Qui lui disait qu'il ne faisait pas partie d'un gang? Non, c'était impossible. Quelque chose en elle lui disait qu'il était profondément honnête, juste complètement perdu. Elle n'aurait pas pu l'expliquer: c'était instinctif, comme ça l'avait été avec Flavia. Elle ne s'était pas trompée pour Flavia, pourquoi se tromperait-elle avec Yloé ? Les minutes défilaient vite, trop vite. Il fallait prendre une décision. Il fallait qu'elle retourne travailler.

"Hhm bon. Tu peux avoir confiance en moi. Je sais que c'est bateau comme phrase et que te promettre que c'est vrai ne fera pas en sorte que tu penses que je suis honnête, mais..."

Elle lui fit un sourire. Doucement, elle tendit sa main vers le visage d'Yloé et la posa contre. Il était brûlant de fièvre. S'il devait sortir de là, il ne pourrait même pas le faire seul. Il fallait que quelqu'un l'accompagne et Veronika ne pourrait pas: lui avait une excuse pour partir, pas elle. Soit il devrait se reposer ici et repartir quand il s'en sentirai capable, soit elle devrait trouver un taxi qui accepte de traverser South Side, ce qui était moins évident.

"Je peux t'indiquer où aller, que ce soit juste pour quelques heures si ensuite tu veux retourner chez toi, ou jusqu'à demain."

Oui, c'était une idée folle et elle n'était pas sûre qu'il accepte, mais ça valait le coup de tenter, non? Et puis, au pire, elle n'avait pas grand chose à perdre non plus...
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You will never be alone. When darkness comes, I will light the night with stars. I will be the one that's gonna hold you, I will be the one that you run to, just waiting to turn your tears to roses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t297-veronika-faure-in-t
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: take care of yourself (yloé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

take care of yourself (yloé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forgotten delights. :: CHICAGO, ILLINOIS :: SOUTH SIDE :: BARS-
Sauter vers: