AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
─ Dollars : 2284
─ Messages : 1017
─ Je suis sur FD depuis le : 23/01/2018
─ Âge : 25
─ Emploi : à la recherche de fragments de souvenirs. à la conquête d'un avenir incertain. mais raven, c'est celle qui agit dans l'ombre. celle qui ôte la vie avec une facilité déconcertante sans se poser de questions.
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMar 23 Jan - 19:54

RAVEN STANFIELD
and like roses in her hands, death blooms.



→ carte d'identité
NOM: stanfield. c'est le nom qui se trouve sur sa carte d'identité. c'est que ça doit être vrai. PRÉNOM : raven. là encore, le doute plane. réel patronyme ou nom de code. ce mot qui lui colle à la peau. qui la représentait si bien, autrefois. la mort dans son sillage. mais qui ne veut plus rien dire, aujourd'hui. ÂGE : vingt-quatre ans. DATE DE NAISSANCE : il semblerait qu'elle soit née un certain douze octobre, à chicago. NATIONALITÉ : américaine, bien que ses yeux typés annoncent une toute autre origine. qu'elle ne saurait même pas expliquer. ORIENTATION SEXUELLE : à redéfinir. elle cherche encore ce qui la fait vibrer cotoyant des ombres sans visages. mais il semblerait qu'elle ait bien plus de facilité à se perdre dans les bras imposants des hommes dans l'espoir d'y trouver un fragment de souvenir. SITUATION MATRIMONIALE : personne n'est venue la proclamer sienne depuis qu'elle est sortie. pourtant il y a ce sourire qui hante ses nuits. ce visage qui part en fumée dès l’instant où le sommeil s'en va. et elle ne comprend pas pourquoi son cœur s'emballe à chaque fois pour des illusions nocturnes sans aucun sens. FILIÈRE/ETUDES : rien n'indique un quelconque diplôme, ou bien elle ne l'a pas encore trouvé.  EMPLOI : à la recherche des ses souvenirs. à la conquête d'un avenir incertain. mais elle doit se souvenir raven, car la vie n'attend pas, les darons non plus. elle doit reprendre du service car raven, c'était un atout de taille avant l'accident. raven c'était celle qui agissait dans l'ombre. celle qu'on ne soupçonnait pas. celle qui se salissait les mains sans se poser de questions. celle qui ôtait des vies pour épargner celles des autres. SITUATION FINANCIÈRE: son appartement dans le west side reflète un certain confort et ses comptes en banque sont loin d'être vide. elle devait savoir négocier, avant. QUARTIER RÉSIDENTIEL: dans le west side. GROUPE: gangster crips. SCÉNARIO OU PERSONNAGE INVENTÉ : inventé.

→ petites anecdotes
black-out. boom. headshot. cette nuit-là, raven est morte. son esprit est resté coincé au fin fond de cette ruelle sordide tandis que son corps gisant à même le sol fut sauvé par miracle. à trop jouer avec le feu le corbeau avait fini par se brûler les ailes. une balle dans le crâne. deux ans de coma. et raven n’était plus. le néant. le vide intersidéral. plus rien n’avait de sens ou de signification. tout n’était qu’inconnu dans ce monde qu’elle ne connaissait plus. raven possède toujours la balle qui lui a presque couté la vie. on ne le lui a jamais retiré. trop dangereux. ironie du sort quand tu as frôlé la mort. les couloirs blancs de l’hôpital sont devenus des décors familiers. le doux son hypocrite des médecins lui chantant encore et encore que son amnésie ne serait que passagère avait fini par avoir raison d’elle. elle a cessé d’y mettre les pieds. ils ne la ramèneront pas. personne ne pouvait se charger de retrouver les traces d’elle-même à sa place. mais le temps passe et peu de choses lui revienne. trop peu. les portes de sa mémoire restent verrouillées et elle ne trouve pas la clé. la capitulation la guette. l’abandon face à ce combat qui lui semble perdu d’avance. en plus de l’amnésie qui a décimé le cours de sa vie, il lui arrive parfois d’en souffrir encore. un tourbillon sans fin de remise à zéro. il lui arrive de ne pas se souvenir de sa journée de la veille. Une personne qu’elle a pu côtoyer une heure auparavant redevient parfois poussière. sa mémoire était devenue une passoire et rien ne semblait vouloir y rester définitivement. dis raven, tu m’écoutes ? non, raven n'est plus là. raven est partie se réfugier dans son esprit vide. A la recherche d’un indice, d’une réponse. Mais seul le silence lui répond. Les moments d’absence ne sont pas rares. entourée de monde elle est pourtant si seule, livrée à elle-même, à ses doutes et ses démons. et quand on ne se souvient plus de rien, on se méfie de tout. raven ne supporte pas le noir. avait-elle peur auparavant ? l’obscurité la plus totale l’angoisse. le sentiment d’être absorbée dans cette masse compact qu’est le néant. la peur de se perdre encore plus qu’elle ne l’était déjà. alors elle laisse la lumière allumée quand il est temps de rejoindre morphée.   pourtant morphée n’a pas l’air de beaucoup l’apprécier. les nuits passées debout sont devenues une routine habituelle. les heures de sommeil que cette entité voulait bien lui accorder se comptait sur les doigts d’une main. les programmes télés ennuyeux et sans intérêt sont devenus ses compagnons nocturnes. une peluche entre les bras, elle finissait par regarder des dessins animés, à la recherche d’une enfance oubliée. hypnotisée devant cet écran et ses petits bonhommes animés qui ne parvenaient même pas à lui faire décrocher l’once d’un sourire malgré la cigarette magique coincée entre ses lèvres.   raven possède un carnet où elle écrit ses bribes de rêves, ses fragments de souvenirs qui n’ont aucun lien entre eux, ses illusions sans réel sens qui ne font que rajouter une couche supplémentaire à son fardeau. des pages et des pages de morceaux de souvenirs dont elle ne connait ni leur impact ni leur importance.   y a ce visage. ce sourire qui hante ses nuits. son coeur qui s'affole et son souffle qui se perd. et puis plus rien. dès que ses yeux s'ouvrent, le flou reprend sa place et décime tout sur son passage, emportant avec lui le souvenir de quelqu'un qui arrive à animer son âme. elle aimerait se dire que sa mémoire cherche à lui rappeler quelque chose d'important. et y a sa raison. sa raison qui dit que tout ceci n'est que le résultat d'un rêve qui se joue en boucle dans sa tête, le fruit de son imagination.  raven elle erre sans but. elle déambule dans les rues à la recherche d’un souvenir avec pour seule compagnie le silence de la nuit, les bruits de bouteilles cassées et les types louches qui la dévisagent. Mais raven n’a pas peur. parce que raven n’a rien à perdre. et qu’il y a une chose qu’elle n’a pas oublié. ses réflexes. un flingue contre la tempe finit toujours par faire taire le plus téméraire des emmerdeurs. raven a peut-être oublié, mais elle sait toujours parfaitement se servir d’un flingue les yeux fermés. et les autres membres du gang n’ont pas omis de le lui rappeler. raven, c’était la reine des armes à feux. Une tireuse d’élite. des doigts de fée une fois cet engin de mort entre les mains. Pourtant peu d’entre eux savaient réellement ce qui se cachait réellement sous ce talent. raven c’est l’apparence de la petite fille fragile. La poupée que l’on a peur de briser à la moindre secousse. pourtant c’était elle les darons envoyait accomplir les contrats que l’on passait sous silence. les hommes à éliminer. les enfoirés à éradiquer pour le bien commun. raven ne ratait jamais sa cible. peu importe par quel moyen elle s’y prenait. une balle à coup portant après un jeu de séduction des plus réussi. un tir de sniper entre les deux yeux, sans jamais laisser de trace. le physique à son avantage, il est difficile de soupçonner qu'une jolie jeune femme aux apparences si angélique soit celle qu'on surnomme la faucheuse des gangster crips. mais il a fallu d'une fois pour que tout dérape.   on lui fait souvent remarquer que certains de ses goûts ont changé. seulement, elle n’en a pas conscience si on ne lui dit pas. comment peut-elle deviner qu’elle est censée détester le goût du whisky et sa couleur ambrée alors qu’elle est capable d’en avaler des verres entiers sans se poser de question.   raven a le tatouage « III » tatouée dans le creux de ses reins. elle sait dorénavant ce qu’il signifie. ce qu’elle ignore c’est jusqu'à quel point elle est attachée aux gangster crips pour aller jusqu’à se faire tatouer leur symbole à même la peau.   raven c’est la beauté fatale, la beauté glaciale d’une froideur à vous congeler l’âme. Son retour à la vie en société est des plus compliqué. elle ne sait pas comment s’y prendre avec ceux qui ont partagé sa vie. qui semble connaître tout d’elle alors qu’elle ignore tout d’eux. elle tente de s’adapter sans se noyer dans ce tourbillon infâme de pitié qui déborde de leur visage. les rares sourires qui ornent son si joli visage semblent comme figés dans le temps. vestige d’une époque révolue.   raven c’est la contradiction même. c’est la provocation dans le silence. c’est la franchise à couper au couteau. la tentation interdite. celle qui vous fera craquer sans rien avoir à dire. raven c'est celle qui s'oublie dans les bras des hommes, à la recherche d’un sursaut de vie, d’un espoir perdu, d’un fragment de vie passée. celle qui se noie dans l’ivresse de l’alcool pour oublier se mal qui la ronge. celle qui tente de se raccrocher aux douceurs de la drogue afin de ne plus se rappeler qu’elle n’est plus que le fantôme d’une âme déchue. raven peut passer des heures devant son miroir. devant ce visage qui ne lui dit rien. devant cette personne dont elle ignore tout. elle cherche une réponse. elle attend que son reflet lui déballe tout ce qu’elle aimerait entendre. qu’il lui raconte les vingt-quatre années qui ont été éclipsées. et c'est une fois le verre brisée en mille morceaux sur le sol qu'elle tente de se faire une raison. qu'elle essaye de se dire qu'il faut avancer mais elle reste bloquée dans le passé. dans ce néant qui la ronge. elle sait qu'elle n'y parviendra pas tant qu'elle n'aura pas découvert qui elle est vraiment.

→ derrière l'écran
PSEUDO/PRÉNOM: jae. ÂGE: 24 ans.  FRÉQUENCE DE CONNEXION: tous les jours. OÙ AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM ? PAR QUI ? dans un kinder surprise. ET, TU EN PENSES QUOI ? DES SUGGESTIONS ? ça m'a l'air pas trop mal.
UN MOT À AJOUTER ? j'suis tellement faible, je craque déjà.   SOUHAITES-TU RÉSERVER LE NOM ET/OU PRÉNOM DE TON PERSONNAGE oué oué ouéé


Code:
<b> [color=#e15f5f]►[/color]LEE JI EUN (IU)</b> → <i> raven stanfield</i>



Dernière édition par Raven Stanfield le Mar 23 Jan - 23:58, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t199-raven-sur-les-ailes
─ Dollars : 2284
─ Messages : 1017
─ Je suis sur FD depuis le : 23/01/2018
─ Âge : 25
─ Emploi : à la recherche de fragments de souvenirs. à la conquête d'un avenir incertain. mais raven, c'est celle qui agit dans l'ombre. celle qui ôte la vie avec une facilité déconcertante sans se poser de questions.
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMar 23 Jan - 19:54

SA P'TITE HISTOIRE
i'm stuck between live this new life and trying to run from it.

Quand on a pris goût à enchaîner les victoires, la défaite n’est pas envisageable. ce soir-là, ils lui avaient répété encore et encore que c’était dangereux. Qu’elle se devait d’être encore plus prudente que d’habitude. Mais Raven c’était la meilleure dans son domaine. C’était l’ombre qui répandait la mort dans son sillage sans laisser de trace. Elle savait mieux que quiconque comment remplir sa mission. Elle n'échouait jamais. Ils lui faisaient confiance, et pourtant, ils étaient tous loin de s’imaginer que le magnifique sourire espiègle qu’elle leur avait adressé avant de disparaître, serait le dernier.

Le coup parti en un bruit sourd alors que le corps qu’elle venait d’abattre s’effondra mollement sur le sol. Elle observa les pavés sales du trottoir se teindre doucement de rouge sous le corps sans vie. Ses doigts fins reboutonnèrent un à un les boutons de sa chemise défaite par cet individu avide d’un plaisir non contrôlé. Cette nuit encore, elle avait mis fin à l’existence d’un homme sans scrupules. Elle venait de faire tomber l’une des plus grosses têtes d’un trafic d’humains et elle allait empocher un joli pactole. Si stupide. Il suffisait d’un décolleté et d’un joli sourire pour faire tomber les remparts d’un homme censé incarner la peur. Si facile. Ses mains qui s’affairent à lui ôter ce bout de soie gênant, pressées. Tout son être qui s’arrête brutalement sous le toucher du métal sous son ventre. Incompréhension dans ce regard perdu. Sourire sur son visage angélique. Deux secondes. Un geste. Un tir. Un mort.

Elle enjamba sans aucune gêne ce cadavre, rangeant soigneusement son précieux jouet sous sa veste en cuir. Il était temps de rentrer. De ne faire plus qu’un avec la nuit et de disparaitre comme elle était venue. La routine habituelle. Mais pas ce soir. Ce soir, il y avait contrordre dans cet emploi du temps si parfait. Elle l’avait entendu. Elle connaissait ce son par cœur. Ce doux son qu’elle aimait tant. Son cœur rata un battement. L’arme qu’on charge de sa balle. Le cran de sécurité que l’on retire. On la visait. Le temps venait de s’arrêter. Elle visualisait parfaitement ce flingue braqué dans son dos, le sentant comme une brûlure qui lui parcourait l'échine. A l’affût du moindre mouvement. Il avait une longueur d’avance qu’elle n’avait pas. Il était déjà prêt à tirer. Peu importe qui soit cette personne derrière elle, il fallait qu’elle agisse vite. Le moindre geste pouvait lui être fatal, elle le savait. La moindre parole aussi. Ce silence pesant et angoissant ravivait chacun de ses sens. Ses yeux glissèrent le long de son ventre, où était rangée l’arme du crime. Ce soir elle aurait deux têtes pour le prix d’une. Nul doute qu’il s’agissait d’un comparse de sa victime. Un sourire amusé traversa son beau visage. Puis tout se passa très vite. Son arme fut sortie et prête à tirer alors qu’elle se retournait pour viser et abattre celui qui attentait à sa vie. Le début de la fin. La seconde de trop. Le tir qui part, deux détonations qui résonnent, deux corps qui s’écroulent gisant dans une marre de sang. Puis plus rien. Le noir total.

Ce soir-là, Raven avait tué deux hommes et l’un d’entre eux l’avait embarqué avec lui côtoyer la mort. A trop jouer avec le feu, le corbeau avait fini par se brûler les ailes. Raven n’était pas immortelle, et elle l’avait appris à ses dépens. C’était le lourd tribut à payer pour toutes ses vies ôtées dans son sillage. Pour le faux pas de trop. Personne ne viendrait la sauver. Elle avait joué, elle avait perdu. Raven aurait aimé vous dire que ce que l’on vous dit à propos de la mort est vrai. Que l’on voie sa vie défiler devant ses yeux quand la faucheuse vient vous chercher.

elle avait revue la petite fille qu’elle était, vagabonder dans les rues de chicago. Celle qui volait des fruits sur les étalages. Qui pillait les poches des passants inattentifs sur son passage en quête de trophées. Celle qui avait fait de la rue sa maison, son terrain de jeu. Cette gamine baladée de famille d’accueil en famille d’accueil et qui n’était la bienvenue nulle part, qu'on passait son temps à chercher. Que Raven avait revue la petite fille maligne. Celle qui était constamment à la recherche des ennuis mais qui les esquivait habilement tel un fauve agile. Raven, c’était le lion que l’on ne pouvait mettre en cage.elle avait revu cet homme qui allait changer le cours de sa vie. Celui qui allait lui offrir une nouvelle vie. Un toit. Une famille. Qui avait su déceler tout le potentiel non exploité de cette enfant futée. Qui allait faire d’elle un véritable couteau suisse. Une arme de pointe. L’ombre dans la lumière. Le jour et la nuit. Il allait faire d’elle cette héroïne qu’elle avait toujours rêvé d’être quand elle regardait les films à la télé. Celle qui agissait pour le bien. Celle qui tuait les méchants dont ce monde n’a pas besoin. Et à douze ans, elle se revoyait ôter la vie d’un homme d’une balle entre les deux yeux pour la première fois, sous les yeux ébahis de celui qui était devenu son mentor. elle revoyait son ascension. Sa vie prendre sens tandis qu’elle trouvait peu à peu sa place dans ce monde sali par l’avidité sournoise de l’être humain. Elle revoyait raven, la petite protégée du gang, celle qu'ils avaient élevé. La fougue plein les yeux, le sourire espiègle plaqué sur le visage. toujours en quête d’une connerie à faire. D’un aîné à embêter. D’un ami avec qui se chamailler. D’une complicité à déclencher. Et elle voyait son double la nuit. Celle qui agissait dans l’ombre. Celle qui se salissait les mains pour le bien des autres. Celle qui accomplissait le sale travail sans laisser de trace. Parce qu’elle n’avait toujours vécu que pour ça, pour eux. pour ceux qui avait fait d’elle qui elle était maintenant. Qui avait su assouvir ce désir constant du danger au profit du bien commun. Qui lui avait offert sur un plateau d’argent une passion. Qui avait enfin donné une signification au mot famille. Elle leur avait confié sa vie, leur avait voué une confiance aveugle jusqu’à la fin. Elle avait aussi découvert l’amour parmi eux, pour la première fois. Elle revoyait ce visage, ces moments de bonheurs et de tristesse disparaître tandis que tout devenait de plus en plus sombre. De plus en plus noir. Elle avait été insouciante. Elle avait fait le pas de travers qui venait de la mener à sa perte. Elle venait de prendre conscience qu'elle aussi, pouvait devenir une victime. Une larme s’échappât du coin de ses yeux tandis que tout ne devenait que néant. Et enfin, le silence interminable.

Puis. Le vide. Encore le vide. Le trou béant dans l’âme. Une incompréhension à vous détruire le cœur. Des ombres sans visages. Des inconnus au regard inquiet. Deux ans de coma. La remise à zéro totale. Le formatage intégral. Plus rien. Il n’y avait plus rien. Aucune bribes de mémoire. Aucune idée de qui elle était. Raven ne vit plus qu’avec l’écho des souvenirs que les gens ont d’elles. Tente de trouver un but à sa vie qu’elle ne connait plus. De donner une raison de vivre à cette existence dont elle ne se rappelle pas. Et puis y a les flashs, encore, et qui n’ont aucun sens concret, ou peu, trop peu et qui ne font qu’alourdir ce fardeau bien trop lourd à porter pour cet être si frêle. C'est un miracle pour eux. C'est un véritable enfer pour elle car leur raven était morte il y a deux ans.




Dernière édition par Raven Stanfield le Mer 24 Jan - 22:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t199-raven-sur-les-ailes
─ Dollars : 4173
─ Messages : 1224
─ Je suis sur FD depuis le : 09/01/2018
─ Quartier : North Side, dans un bel appartement
─ Emploi : en reconversion professionnelle
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMar 23 Jan - 20:59

Rebienvenue raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2526826356 raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2071613250

_________________

©  YOU_COMPLETE_MESS

les awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t119-gabriel-o-i-believe
Invité
avatar
Invité
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMar 23 Jan - 21:14

Je l'avais dit maintenant ou plus tard, peu d'importance raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2526826356
Rebienvenue à la maison raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  3719929138
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMar 23 Jan - 21:22

Rebienvenue chez toi ! raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2033575361
Revenir en haut Aller en bas
─ Dollars : 2284
─ Messages : 1017
─ Je suis sur FD depuis le : 23/01/2018
─ Âge : 25
─ Emploi : à la recherche de fragments de souvenirs. à la conquête d'un avenir incertain. mais raven, c'est celle qui agit dans l'ombre. celle qui ôte la vie avec une facilité déconcertante sans se poser de questions.
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMar 23 Jan - 21:34

merci les copains raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2071613250
@dawson reagan surtout qu'en fait je suis pas du tout partie sur ce que je t'ai dit hier soir raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2526826356 j'ai eu une illumination avant d'aller dormir qui n'a absolument rien à voir, mais qui me plait encore plus. raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2314352183
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t199-raven-sur-les-ailes
Invité
avatar
Invité
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMar 23 Jan - 21:57

Rebienvenue raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  54737898
Revenir en haut Aller en bas
─ Dollars : 2434
─ Messages : 999
─ Je suis sur FD depuis le : 06/01/2018
─ Âge : 25
─ Quartier : un appartement entièrement rénové par ses soins dans le south side.
─ Emploi : gérant et entraîneur dans une salle de boxe française, mais il ne serait rien sans les petits à côté. bosser honnêtement, ça ne rapporte pas grand chose de nos jours, pour ne pas dire rien du tout.
─ Études : des études ? ça fait bien longtemps qu'il a abandonné.
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  EmptyMer 24 Jan - 16:52

(re)bienvenue bby, avec un personnage du feu de dieu, comme d'habitude. raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  2526826356
bon courage pour ton histoire ! raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  3719929138
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forgottendelights.forumactif.com/t113-diego-si-tu-peux-le
Contenu sponsorisé
raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty
MessageSujet: Re: raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.    raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

raven Δ sur les ailes du temps la tristesse s'envole.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forgotten delights. :: IL ÉTAIT UNE FOIS :: PIÈCES D'IDENTITÉ :: LES PIÈCES DÉLIVRÉES-
Sauter vers: